Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Dopage

Cyclisme: la repentance très médiatique de Lance Armstrong?

Lance Armstrong va peser chaque mot prononcé devant les caméras d'Oprah Winfrey.
Lance Armstrong va peser chaque mot prononcé devant les caméras d'Oprah Winfrey. REUTERS/Anthony Bolante/arquivo
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Après des années de déni, l'ancien cycliste américain Lance Armstrong aurait finalement décidé de reconnaître qu'il s'est dopé durant sa carrière sportive. C'est le show télévisé de la présentatrice Oprah Winfrey, très populaire aux Etats-Unis qui va servir de confessionnal à l'ancienne star du Tour de France. Un entretien de 2 heures 30 qui sera diffusé en deux parties sur la chaîne CBS la nuit prochaine (à 2 h temps universel) et la suivante. Jusqu'ici, le cycliste avait tout nié en bloc...

Publicité

Par Cédric de Oliveira,

Nier en bloc, c'est un véritable leitmotiv que Lance Armstrong s'est échiné à répéter durant de longues années. Comme lors de l'été 2005. A l'époque, Armstrong est au sommet de son art: il vient de remporter son septième Tour de France et pourtant, le quotidien sportif français L'Equipe publie une enquête révélant la prise d'EPO par le cycliste américain. Invité chez le tout puissant Larry King sur CNN, il se défend alors : « Je ne me suis jamais dopé. Jamais je n'aurais mis ma vie en danger à nouveau, moi qui ai échappé à la peine de mort avec le cancer ».

On ne sait pas précisément de quel teneur seront les nouveaux propos d'Armstrong. Mais comme le révèle une partie de la presse américaine, il va très certainement avouer s'être dopé. Ce qui voudra dire qu'il a menti sous serment, ce qui est très grave aux Etats-Unis. Mais pour Christopher Mesnooh, avocat au barreau de New York, Lance Armstrong est un fin stratège qui a tout prévu : « On peut imaginer que ses avocats ont mis une stratégie en place. Armstrong va peser chaque mot, il a dû négocier les questions avec Oprah Winfrey. Aujourd'hui, le risque de parjure est considérablement réduit. En revanche, sur le plan civil, il va devoir s'attendre à rembourser des sommes d'argents à bon nombre de personnes ou d'institutions, qui vont le poursuivre en justice ».

Ses mensonges sous serment étant antérieurs au délai de prescription, Armstrong devrait échapper au parjure, mais une longue bataille judiciaire s'annonce avec ses sponsors. Selon le magazine américain Forbes, l'ancien champion pourrait devoir rembourser 10 millions d'euros, soit plus de 10% de sa fortune personnelle. Même s'il doit beaucoup d'argent, l'ancien coureur de l'US Postal s'est convaincu d'opérer ce changement radical dans sa communication. Il fallait effectivement stopper l'hémorragie.

Destitué de ses sept titres du Tour de France, il a également été contraint de quitter le conseil d'administration de Livestrong, sa fondation de lutte contre le cancer. Il lui est donc urgent de redorer son image. Thibaut de Montbrial, avocat, défend notamment une société d'assurances en conflit financier avec Armstrong. Selon lui, l'Américain a des projets de plus grande envergure : « Il a toujours déclaré être intéressé par la politique. Pourquoi ne pas être gouverneur du Texas, voire président des Etats-Unis ? Or, l'argent et la popularité sont les deux fondamentaux de la réussite politique. Les dernières révélations ont obéré ses objectfs. Sa dernière chance, c'est une opération de contrition mesurée afin de reconquérir le coeur du public américain ».

Nouvelle image

Armstrong a versé des larmes.

Un anonyme, cité par le New York Times

Et, pour se refaire une image, il n'y a pas meilleur moyen que de passer dans le show d'Oprah Winfrey. En effet, Lance Armstrong n'est pas du genre à laisser place à l'imprévu. Il sait qu'il doit casser sa nouvelle image de paria auprès de l'opinion publique. Pour Wulfran Devauchelle, économiste du sport, en se rendant chez Oprah Winfrey, l'Américain a toutes les cartes en main : « L'émission a l'habitude d'avoir une approche sentimentale. On ne devrait pas avoir beaucoup de débats sur le fond. Mais plutôt sur sa lutte contre la maladie, sur la facilité à céder à des produits dopants dans un système perverti et organisé. On ne va pas dans l'émission d'Oprah pour avouer, mais on y va pour se faire pardonner. D'ailleurs, je ne suis pas sûr qu'il faille tant que ça convaincre le public. Aux yeux des Américains, il restera un héros sur le plan sportif, mais surtout parce qu'il a vaincu le cancer ».

Faute avouée, qui sera peut-être à moitié pardonnée aux yeux des Américains. Dans tous les cas, ces aveux n'auront aucune valeur pour l'Agence mondiale antidopage (AMA). Elle a d'ores et déjà demandé qu'une nouvelle déclaration soit déposée sous serment. Pas sûr également d'assister au grand déballage tant attendu par les défenseurs de la lutte anti-dopage. Comment était vraiment organisé le système Armstrong ? L'Union cycliste internationale (UCI) a-t-elle été complaisante avec l'ancien coureur de l'US Postal ? Des questions qui risquent à nouveau d'être en suspens. Au moins jusqu'au prochain épisode médiatique de la saga Armstrong.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.