Colombie

Les FARC décrètent la fin du cessez-le-feu

Le négociateur en chef des FARC, Ivan Marquez, arrive aux négociations de paix de La Havane, à Cuba, le 16 janvier 2013.
Le négociateur en chef des FARC, Ivan Marquez, arrive aux négociations de paix de La Havane, à Cuba, le 16 janvier 2013. REUTERS/Enrique De La Osa
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont mis fin, dimanche 20 janvier, à leur cessez-le-feu unilatéral. Les FARC avaient annoncé la trêve en novembre dernier, au début des négociations de paix avec le gouvernement, en gage de bonne volonté. Ils dénoncent ce dimanche le refus des autorités colombiennes de respecter le cessez-le-feu. Mais le président colombien, Juan Manuel Santos, a mis les FARC en garde, les exhortant à ne pas reprendre les hostilités.

Publicité

Le président colombien ne relâche pas la pression sur les FARC. Juan Manuel Santos a prévenu les rebelles : s'ils reprennent les attaques, les forces armées colombiennes seront prêtes à intervenir.

« Je dois dire au peuple colombien que nous sommes préparés, assure le président colombien. Notre gouvernement, nos forces armées et notre police, savent ce qu'elles ont à faire à partir de demain. D'autant que nous avons déjà décelé chez eux des intentions terroristes. »

Les rebellent nient en bloc. Pour eux, toutes leurs actions étaient en fait destinées à repousser les attaques de l'armée. Andrès Paris, négociateur des FARC à La Havane, demande au gouvernement de s'engager à un véritable cessez-le feu.

Il explique : « Malheureusement le gouvernement a rejeté notre proposition de signer un cessez-le feu bilatéral qui permettrait de maintenir des conditions favorables à la paix et de poursuivre notre dialogue à La Havane. Nous souhaitons donc rester dans cet esprit pacifique mais nous tenons à la signature de cet accord. »

S'agirait-il d'une menace voilée  ? On l'ignore... Mais ce qui est sûr, c'est que la fin de la trêve annoncée par les FARC pèsera sur les négociations en cours à Cuba.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail