Etats-Unis / Pakistan

Les Etats-Unis mettent en garde le Pakistan sur son projet de gazoduc avec l’Iran

Victoria Nuland, porte-parole du département d’Etat américain, refuse d’apaiser les inquiétudes d’Islamabad.
Victoria Nuland, porte-parole du département d’Etat américain, refuse d’apaiser les inquiétudes d’Islamabad. DR

Un gazoduc entre l’Iran et le Pakistan. Le projet n’est pas nouveau et a déjà suscité de vives critiques de la part de la communauté internationale. Lundi 11 mars, les présidents iranien et pakistanais ont lancé les travaux de la portion pakistanaise de ce gazoduc, malgré les pressions des Etats-Unis qui menacent Islamabad de sanctions.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Inquiète de la réaction de Washington, la bourse de Karachi a clôturé en baisse de 2,46 % lundi 11 mars. Et ce ne sont pas les propos de Victoria Nuland qui vont rassurer les investisseurs. Devant la presse, la porte-parole du département d’Etat américain refuse d’apaiser les inquiétudes d’Islamabad. « Nous craignons, dit-elle, que si ce projet aboutit, la loi sur les sanctions contre l’Iran soit déclenchée. Nous avons été très clairs envers le Pakistan à ce propos. Et comme je l’ai déjà dit la semaine dernière, nous travaillons en étroite collaboration bilatérale pour fournir au Pakistan toute l’énergie dont il a besoin à travers des projets alternatifs. »

Mais la diplomate ajoute : « Nous avons déjà entendu parler de ce gazoduc 10 ou 15 fois dans le passé. Alors nous allons attendre de voir ce qui se passe ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail