Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Japon

Fukushima: des militaires américains poursuivent en justice l'opérateur Tepco

Le reacteur n°3 de la centrale nucléaire de Fukushima à Minamisama  brûlant après une explosion. Image satellitaire du 14 mars 2011.
Le reacteur n°3 de la centrale nucléaire de Fukushima à Minamisama brûlant après une explosion. Image satellitaire du 14 mars 2011. Digital Globe/Handout /Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La société japonaise Tepco est poursuivie en justice par des militaires américains. Ils étaient jusqu’à présent neuf, ils sont désormais 26 et le nombre pourrait encore augmenter. Tous ont un point commun : être intervenus au Japon après la catastrophe nucléaire de Fukushima. 

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Au Japon, l’opération « Tomodachi » a-t-elle rendu malades de nombreux militaires américains ? C’est ce que pensent les soldats de l'US Army à l’origine de la plainte contre l'opérateur Tepco. Selon eux, l’exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima aurait « menti sur les risques encourus » par les équipes humanitaires déployées en mars 2011 aux abords de la centrale.

Certains sont des Marines à la retraite, d’autres sont toujours actifs. Il y a également des marins qui avaient rallié la région de la catastrophe à bord du porte-avions Ronald-Reagan. Ils étaient neuf, ils sont désormais 26 et pourraient être rejoints par une centaine d’autres plaignants ont annoncé leurs avocats.

Maladies

Aujourd’hui, tous affirment avoir contracté des maladies dues à leur exposition aux radiations : cancers, tumeurs, problèmes de tyroïde ou maux de tête. Ils réclament au total plus de deux milliards de dollars de dommages et intérêts ainsi que l’ouverture d’un fonds d’indemnisation de plus d’un milliard supplémentaire.

La société Tepco n’a pas souhaité faire de commentaire ce vendredi 15 mars. Interrogé par le journal spécialisé Stars and Stripes, le Pentagone a rappelé que, selon lui, les radiations auxquelles ces personnes ont été exposées ne posent pas de risque majeur pour leur santé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.