Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Julia Pierson, première femme à la tête des Services secrets américains

Julia Pierson devient la toute première femme à la tête des Services secrets américains.
Julia Pierson devient la toute première femme à la tête des Services secrets américains. REUTERS/U.S. Secret Service/Handout

Le président américain Barack Obama a annoncé mardi 26 mars la nomination de Julia Pierson à la tête des Services secrets. C'est la première fois qu'une femme va occuper ce poste. La police d'élite, chargée entre autres de la protection du président et de sa famille, avait été éclaboussée par un scandale de prostitution lors d'un sommet en Colombie l'année dernière. Julia Pierson aura donc pour tâche de laver l'image de ce Service auprès de l'opinion publique américaine.

Publicité

C'est une femme au parcours linéaire et exemplaire. Et c'est justement ce que recherchait Barack Obama pour remettre de l'ordre dans les Services secrets, sévèrement critiqués après le scandale de prostitution qui avait éclaté en avril 2012 (douze agents ont été soupçonnés d’avoir fréquenté des prostituées et neuf d’entre eux ont été limogés, ont démissionné ou pris leur retraite).

Originaire d'Orlando, en Floride, Julia Pierson, 53 ans, a rejoint les Services secrets en 1983 après trois années comme agent de police dans son Etat natal. Promue à la division de la protection présidentielle en 1988, elle devient ensuite coordinatrice de l'agence en matière de drogue en 1992. Après un passage à Tampa, en Floride, où elle a établi un groupe de travail contre la cybercriminalité, Julia Pierson a gravi tous les échelons à Washington.

En 2008, elle est nommée chef de cabinet de Mark Sullivan, l'homme qu'elle va désormais remplacer et qui a pris sa retraite après avoir présenté ses excuses pour le scandale de prostitution. Ce dernier, dans un communiqué, a fait l’éloge de son successeur : « C’est un moment historique et passionnant pour les Services secrets », a-t-il affirmé.

Barbara Riggs, première femme à avoir occupé un poste dans la direction des Services secrets, amie et mentor de Julia Pierson, estime que c'est la personne idéale pour occuper ce rôle : « Chaque fois que vous lui donnez une mission, elle fait toujours un excellent travail », affirme-t-elle.

Dans un communiqué, Barack Obama a déclaré que Julia Pierson « illustrait l’esprit et le dévouement démontrés quotidiennement par les hommes et les femmes de l’agence ». Le président américain n’a pas mentionné le scandale qui a conduit ce choix, ni le machisme qui régnait dans l’agence, selon des sources anonymes. Cette nomination, contrairement à d’autres, n’a pas besoin d’être confirmée par le Congrès.

A la tête d'une agence forte de 3 500 agents, dont 10% de femmes, Julia Pierson a un défit devant elle : rétablir la crédibilité d'un Service qui existe depuis 1865 et qui est en charge de la protection du président, du vice-président et de leurs familles depuis 1901, suite à l’assassinat du président William McKinley.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.