Economie

ICIJ, le réseau de journalistes à l'origine des Offshore Leaks

Capture d'écran du site ICIJ.
Capture d'écran du site ICIJ. www.icij.org

A l’origine des Offshore Leaks qui viennent de lever le voile sur le monde opaque des paradis fiscaux prospérant dans des régions du monde aussi exotiques que les Bahamas et les Îles Caïman mais aussi au cœur de l’Europe (Suisse, Luxembourg…), se trouve un consortium de journalistes d’investigation américain nommé ICIJ (International Consortium of Investigative Journalism), basé à Washington.

Publicité

L'ICIJ est d’abord et avant tout un vaste réseau de journalistes d’investigation qui compte plus de 160 reporters dispersés dans plus d’une soixantaine de pays. Ces journalistes collaborent pour mener des enquêtes approfondies sur des questions sensibles dont la portée déborde les frontières nationales.

Parmi les médias internationaux avec lesquels l’ICIJ travaille en partenariat, se trouvent The Washington Post, la BBC, The Guardian, Le Monde ou Die Süddeneutsche Zeitung, des médias qui ont dévoilé en même temps les résultats de leurs investigations sur les transactions financières occultes et leurs bénéficiaires.

Rattaché au Center for Public Integrity, une entité indépendante américaine spécialisée dans le journalisme électronique, l’ICIJ existe depuis 1997 et s’est spécialisé dans des investigations de longue haleine ayant trait aux problématiques telles que la criminalité transfrontalière, la corruption ou la responsabilité des gouvernements à travers le monde. Ses équipes de reporters se sont distingués au cours des dernières années en révélant des trafics impliquant des multinationales ou des syndicats de crime organisé. Elles ont également produit des enquêtes multimédias attirant l’attention du grand public sur les méfaits perpétrés par des cartels de milices privées, sur l’influence occulte des lobbyistes et, last but not least, sur des détails alléchants des contrats d’approvisionnement militaire en Irak et en Afghanistan.

« Patience et persévérance »

L’ICIJ et ses médias partenaires travaillent depuis plusieurs mois sur l’affaire d’Offshore Leaks. Le point de départ de cette affaire a été la réception par l’ICIJ d’un disque dur mystérieux, il y a plus d’un an. Le disque comportait plus de 2,5 millions de documents informatiques concernant des sociétés offshore. Courriers électroniques, bases de données tableurs, copies de papiers d’identité, lettres : soit une masse de données occupant 260 Gigabytes, ce qui représente un volume 160 fois supérieur aux câbles diplomatiques américains publiés par WikiLeaks en 2010.

L’exploitation de ces documents par les journalistes qui y ont travaillé n’aurait guère été possible sans l’assistance des programmeurs et des informaticiens spécialisés que l’ICIJ met à leur disposition. « La leçon fondamentale du projet est la patience et la persévérance. […] Mais une patience récompensée quand ces données ont dévoilé un nouvel horizon sur les paradis fiscaux », a écrit Le Monde, le média partenaire de l’ICIJ en France s’agissant de l’affaire d’Offshore Leaks dont les révélations sont susceptibles d’ébranler encore un peu le monde politique hexagonal.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail