Etats-Unis

Etats-Unis: le Connecticut durcit ses lois sur les armes

Un magasin de vente d'armes aux Etats-Unis
Un magasin de vente d'armes aux Etats-Unis REUTERS/Gene Blevins
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Trois mois et demi après le massacre de Newtown, dans lequel 20 enfants et 6 adultes ont été tués, l’Etat du nord-est du pays s’est doté d’un texte qui rend beaucoup plus compliqué l’achat et la détention d’une arme. Mais cette initiative reste très isolée aux Etats-Unis, où les tentatives de s'attaquer au commerce des armes au niveau fédéral semblent s'effriter.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Signé par le gouverneur Dan Malloy en milieu de journée ce jeudi, le texte contient à peu près toutes les mesures les plus radicales, proposées nationalement après la tuerie de Newtown.

160 modèles d’armes semi-automatiques sont désormais interdits dans le Connecticut. Pour acheter l’une de celles qui restent autorisées, il ne faudra plus avoir 18, mais 21 ans. Et la vérification des antécédents de tous les acheteurs est désormais obligatoire, que la vente se fasse en magasin ou de manière privée.

Des partisans du contrôle des armes devant la Maison Blanche après le drame de Newtown, le 14 décembre 2012.
Des partisans du contrôle des armes devant la Maison Blanche après le drame de Newtown, le 14 décembre 2012. REUTERS/Larry Downing

Profondément choqué par le massacre de Newtown le Connecticut est le 3e Etat à renforcer ses lois sur les armes, après New-York (au mois de janvier) et le Colorado, le mois dernier. Le Maryland devrait être le prochain, son projet de loi est dans sa phase finale de discussion.

Quatre Etats ... sur cinquante. Alors que sur le plan fédéral, les espoirs de voir le Congrès passer une loi nationale s’effritent un peu plus chaque jour. L’interdiction – dans tout le pays - des fusils semi-automatiques ne sera pas renouvelée. Même la vérification systématique des antécédents de tous les acheteurs d’armes risque d’être abandonnée, bien que 91% des Américains s’y déclarent favorables.

Ici, la politique se fait au niveau local. Et les sénateurs des Etats favorables aux armes, n’ont visiblement aucune intention de se mettre leurs électeurs à dos.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail