Chili

Exhumation du corps de Pablo Neruda: le combat de son chauffeur pour la vérité

Manuel Araya, le chauffeur et secrétaire personnel de Pablo Neruda, à San Antonio au Chili, le 6 mars 2013.
Manuel Araya, le chauffeur et secrétaire personnel de Pablo Neruda, à San Antonio au Chili, le 6 mars 2013. CLAUDIO SANTANA / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

C'est une question qui taraude l'entourage de Pablo Neruda depuis sa mort le 23 septembre 1973, douze jours seulement après le coup d'Etat qui a permis à Pinochet de prendre le pouvoir au Chili. Le poète, prix Nobel de littérature, est-il décédé des suites d'un cancer comme le veut la version officielle, ou a-t-il été assassiné ? Ce lundi 8 avril, un début de réponse sera peut-être donné, car la justice chilienne a autorisé l'exhumation de sa dépouille. C'est l'aboutissement d'un combat mené par un homme, Manuel Araya, l'ancien chauffeur et secrétaire de Pablo Neruda.

Publicité

Pablo Neruda, le 18 janvier 1952, à Capri en Italie.
Pablo Neruda, le 18 janvier 1952, à Capri en Italie. Keystone/Getty Images

Il n'a jamais accepté la version officielle des autorités chiliennes. Manuel Araya est âgé aujourd'hui de 65 ans et cela fait quarante ans qu'il réclame l'ouverture d'une enquête pour éclaircir les circonstances qui ont entouré la mort de Pablo Neruda. Quarante ans et un début de réponse aujourd'hui avec l'exhumation du corps du poète.

« Le jour de son décès, raconte aujourd'hui Manuel Araya, Pablo Neruda se portait parfaitement bien », et à ses yeux, c'est une piqûre administrée au poète par le personnel médical de la clinique où il se trouvait, qui a provoqué sa mort. Il ajoute même : « Pablo Neruda devait partir le lendemain au Mexique, suite à l’invitation du Président Don Luis Echeverria, s'il était parvenu à sortit du pays, Pinochet n’aurait tenu que 3 mois au pouvoir. Car Neruda allait demander de l’aide aux intellectuels et aux gouvernements du monde entier...» Au lieu de cela, le dictateur sera resté 17 ans à la tête du Chili.

Araya arrêté et battu

Non, ne me fermez pas les yeux. Lorsque j'aurai cessé de vivre, j'en aurai besoin pour apprendre pour regarder et comprendre ma mort

Pablo Neruda (Extrait du poème «La vérité»)

Pour étayer ses accusations, Manuel Araya évoque le contexte politique de l'époque : Pinochet vient de prendre le pouvoir, Allende est décédé dans son palais de la Moneda et Pablo Neruda est devenu de facto l'opposant le plus dangereux et le plus célèbre au nouveau dictateur.

Le jour du décès de Neruda, Manuel Araya est arrêté, battu et transféré au stade national où sont alors emprisonnés les opposants à Pinochet.

Durant quarante ans, l'ancien chauffeur s'est heurté à un mur de la part des autorités chiliennes. Mais son obstination a fini par payer, et ce lundi 8 avril, les restes du poète seront exhumés en vue d'une expertise qui aura lieu au Chili et peut-être également en Espagne.

Il faudra attendre plusieurs mois pour en connaître les résultats. Mais pour l'avocat du Partic communiste chilien, Eduardo Contreras : « Quel que soit le résultat, le procès va se poursuivre, à la recherche de responsable (...) grâce aux techniques actuelles (...) nous pourrons savoir si effectivement il est mort des suites de son cancer ou si, comme on l’imagine aujourd’hui après deux ans d’enquête, il est mort suite à l’intervention d’un tiers ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail