Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Corées

A Séoul, Kerry met en garde la Corée du Nord

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry reçu par le ministre des Affaires étrangères sud-coréen, Yun Byung-se, ce vendredi 12 avril 2013.
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry reçu par le ministre des Affaires étrangères sud-coréen, Yun Byung-se, ce vendredi 12 avril 2013. REUTERS/Lee Jae-Won
Texte par : RFI Suivre
7 mn

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est arrivé ce vendredi 12 avril à Séoul, la capitale sud-coréenne, pour une visite de trois jours en Asie. Il se rendra ensuite en Chine pour convaincre les Chinois de calmer la rhétorique guerrière de la Corée du Nord. Des informations discordantes ont circulé ces dernières heures sur la capacité de nuisance du régime de Pyongyang. La Corée du Nord serait capable de tirer un missile nucléaire si l'on en croit le rapport classifié d'une agence de renseignement militaire aux Etats-Unis. Information aussitôt démentie par le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel.

Publicité

Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

A Séoul, le ministère sud-coréen de la Défense a réfuté ce vendredi matin les conclusions très alarmantes du rapport classifié d'une agence de renseignement militaire américaine. Un porte-parole a affirmé qu’il « doutait fortement » que le Nord ait réussi à suffisamment miniaturiser une ogive nucléaire pour la placer au sommet d’un missile balistique. Même s'il a ajouté que le régime faisait de son mieux pour y parvenir !

Nul doute que ce rapport sera en tout cas à l’ordre du jour de la visite de John Kerry à Séoul. Une visite qui doit permettre au secrétaire d’Etat américain de rassurer son allié sud-coréen et de rappeler à la Corée du Nord ses obligations internationales. Sa présence dans la capitale sud-coréenne offre une occasion en or pour une nouvelle provocation par le régime de Pyongyang, qui semble décidé à continuer de défier les Etats-Unis.

Cliquez pour agrandir

Un ou plusieurs tirs de missile conventionnel semble donc inévitable. Après avoir gesticulé pendant plus d’un mois, le régime de Pyongyang se voit presque obligé de procéder à ce tir de missile. Un missile qui en toute probabilité tombera dans l’océan et ne visera pas la Corée du Sud ou le Japon.

Il est intéressant de remarquer que Séoul laisse la porte ouverte au dialogue. Jeudi, le ministre en charge des Relations avec le Nord a lancé un appel indirect à discuter : il a déclaré espérer que le Nord se rende à la table des négociations. C’est important, parce que le jeune dirigeant nord-coréen Kim Jong-un aggrave les tensions jour après jour, sans se laisser de porte de sortie, contrairement à ce que faisait son père, Kim Jong-il. La Corée du Sud lui laisse ainsi la possibilité de désamorcer la crise.

Après son arrivée à Séoul, John Kerry a rapidement mis en garde la Corée du Nord contre la tentation d'un tir de missile, alors que Pyongyang menace le Japon. « Ce serait une énorme erreur », a déclaré le secrétaire d'Etat américain.

John Kerry (à gauche) et Yun Byung-se, le 12 avril 2013 en conférence de presse à Séoul.
John Kerry (à gauche) et Yun Byung-se, le 12 avril 2013 en conférence de presse à Séoul. REUTERS/Paul J. Richards/Pool

C'est à Kim Jong-un de décider ce qu'il fera. Cela ne changera pas notre position, qui est très claire: nous défendrons nos alliés. Et Kim Jong-un doit réaliser ce que serait l'issue d'un conflit. Et je pense qu'il le réalise

John Kerry

Le message télévisé de Ban Ki-moon à Kim Jong-un

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

C’est dans l’émission du journaliste vedette de CNN, Wolf Blitzer, que Ban Ki-moon s’est adressé à Kim Jong-un. Le journaliste demande au secrétaire général des Nations unies, en direct sur son plateau, ce qu’il voudrait dire au dirigeant nord-coréen. « Il vous regarde à Pyongyang sur CNN International », dit-il.

Ban Ki-moon regarde la caméra et lance ce message en coréen : « Kim Jong-un, je vous envoie un message sincère pour restaurer la paix et l’unification de notre péninsule coréenne et pour résoudre nos différends par le dialogue. En tant que secrétaire général des Nations unies et citoyen coréen, je vous demande sincèrement d’arrêter vos récentes provocations et de revenir au dialogue. »

Plus tôt dans la journée, Ban Ki-moon a rencontré Barack Obama à la Maison Blanche. Le président américain a lui aussi sommé la Corée du Nord d’arrêter de jouer avec le feu.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.