Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: le recomptage des voix au cœur des débats

Henrique Capriles appelle au recomptage de la totalité des voix.
Henrique Capriles appelle au recomptage de la totalité des voix. REUTERS/Marco Bello
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Situation confuse au Venezuela. Nicolas Maduro a été officiellement proclamé président ce lundi 15 avril alors que Henrique Capriles ne reconnaît toujours pas les résultats. Des milliers de ses partisans ont d'ailleurs manifesté lundi soir à Caracas. Il avait appelé les Vénézuéliens à descendre dans la rue si son opposant était proclamé vainqueur sans que la totalité des voix soient recomptées comme il le réclame.

Publicité

Les deux camps se battent pour 0,88% des voix. C’est le pourcentage de bulletins de vote qui n’a pas encore été compté par le Conseil national électoral.

Dimanche soir, cet organisme chargé du bon déroulement du vote a communiqué les résultats en précisant qu’il n’avait pas pris en compte cette infime fraction des voix. Parce que, de toute façon, ces 0,88% ne peuvent plus faire basculer l’élection. Certes, l’écart entre Nicolas Maduro et Henrique Capriles est très faible, mais il est supérieur à ce pourcentage de voix. Ces bulletins ne changeront pas la donne.

Pour le camp vainqueur, on respecte cette décision légale. C’est une règle du jeu électoral vénézuélien. Et on se félicite de la victoire de Nicolas Maduro. L’opposition en revanche, demande le recomptage de la totalité des voix. L’écart est tellement faible et la tension palpable dans le pays qu’il faut le plus de transparence possible et recompter 100% des bulletins de vote, affirme-t-elle.

Officiellement, Nicolas Maduro va être proclamé président dès ce lundi à Caracas. Le Conseil national électoral l’a annoncé ce matin. Traditionnellement, cette cérémonie se déroule 3 ou 4 jours après l’élection.

L'opposition appelle la population à agir

L’opposition parle d’un coup de force. C’est un Henrique Capriles plus déterminé que jamais qui s’est adressé aux Vénézuéliens. « Nous demandons que soit recompté l’ensemble des voix. Nous demandons au Conseil national électoral qu’il suspende la proclamation du nouveau président vénézuélien jusqu’à ce que ce recomptage, vote par vote, soit effectué », a martelé le candidat de l’opposition.

Fort de son succès inédit lors de cette élection de ce dimanche, Enrique Capriles avait appelé la population à agir. « Si le Conseil national électoral proclame Nicolas Maduro président sans avoir procédé à un nouveau décompte, je vous demande, à vous Vénézuéliens, de faire résonner à 20h ce soir, un concert de casseroles à travers tout le pays, afin que le monde entier entende votre colère », a lancé le candidat de l’opposition.

Et son appel a visiblement bien été entendu puisque, lundi soir, des milliers de ses partisans ont envahi les rues de la capitale Caracas. Enrique Capriles ne s’arrête pas là, il demande à la communauté internationale de ne pas reconnaitre Nicolas Maduro comme nouveau président du Venezuela.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.