Mexique

Au Mexique, le Blog du narco, site de référence sur les cartels de la drogue

Le livre «Mourir pour la vérité», écrit par la créatrice du Blog du narco.
Le livre «Mourir pour la vérité», écrit par la créatrice du Blog du narco. ©blogdelnarco
Texte par : Patrice Gouy
4 mn

Au Mexique, le Blog du narco existe depuis mars 2010. Chaque jour, il est davantage reconnu comme un blog de référence par les grands médias internationaux à un moment où le gouvernement a pour politique de ne plus parler du problème de l’insécurité et de la drogue. Sa créatrice, Lucy, est une jeune femme de 25 ans, journaliste, qui vit la peur au ventre pour informer ses concitoyens. Une leçon de journalisme pour les médias traditionnels au Mexique.

Publicité

Le Blog du Narco a pour objectif d’offrir une véritable information et cherche chaque fois qu’il le faut à rétablir la vérité lorsque les autorités mexicaines choisissent de rester dans le flou. Ce Blog du narco ouvre une fenêtre pour que la population soit informée quotidiennement des faits violents, des affrontements entre les bandes criminelles, la police ou l’armée. Il publie chaque fois qu’il peut les photos des victimes, ce qui a aidé dans bien des cas les familles à identifier les corps des disparus.

Il y a trois ans, quand il a commencé, les principaux ennemis du Blog del Narco étaient les cartels et les mafias, aujourd’hui, parce qu’il dérange, il a aussi comme ennemi le gouvernement, la police, l’armée, les maires véreux, etc. Le blog a fait l’objet de nombreuses cyber-attaques, surtout de la part du gouvernement qui a été plus agressif que les narcos, ce qui oblige son propriétaire à ne jamais rester longtemps au même endroit, à cacher son équipement et à fuir à la moindre alerte.

Un blog fait par une femme qui n’a pas froid aux yeux

©blogdelnarco

Le journal anglais The Guardian, associé au Texas Observer, vient de révéler que ce blog est dirigé anonymement par Lucy, une toute jeune journaliste qui n’a pas froid aux yeux. Un coup dur au passage pour les machos mexicains qui estiment encore que les femmes sont des êtres faibles et délicats. Lucy est bien sûr un pseudonyme. Elle dit qu’elle vit dans un Etat du nord du Mexique, qu’elle est célibataire et que son idée est de montrer la vérité pour que les populations, sachant ce qui se passe réellement, obligent le gouvernement à tourner la page de cette violence qui a fait 80 000 morts. Elle est aidée par une amie pour la partie technique. Ces deux femmes vivent toutes les deux avec la peur au ventre, car en septembre 2011 leurs deux autres collaborateurs, un homme et une femme ont été enlevés, torturés, démembrés et pendus à un pont. Malgré tout, elles continuent, certaines d’avoir un devoir d’information.

Lucy, blogueuse en sursis

La semaine dernière, sur al-Jazira qui l’interviewait, Lucy (vidéo ci-dessous) a révélé qu’elle a des informateurs très haut placés dans les institutions. Mais elle a d’autres sources qu’elle ne dévoile pas. Le blog offre des bulletins d’information, des vidéos, des interrogatoires de prisonniers et des photos qui sont prises certainement par des soldats ou des policiers. Il y a aussi la participation et le témoignage des citoyens qui ont vu et pu filmer ou photographier des scènes de crime.

On reproche souvent à ce blog son coté sensationnaliste et voyeur car les images sont très crues, mais c’est un blog qui est beaucoup consulté car la presse nationale ou régionale n’informe pas bien ou a baissé les bras pour ne pas avoir de problèmes. Lucy sait que sa vie pend à un fil. Elle vient de publier un livre en espagnol et en anglais sur cette expérience. Il s’appelle Mourir pour la vérité.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail