Canada

Canada: la police déjoue un projet d'attentat

Le surintendant principal Gaétan Courchesne, responsable des enquêtes criminelles (G) lors de la conférence de presse donnée par la police fédérale. Toronto, le 22 avril 2013.
Le surintendant principal Gaétan Courchesne, responsable des enquêtes criminelles (G) lors de la conférence de presse donnée par la police fédérale. Toronto, le 22 avril 2013. REUTERS/Aaron Harris
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Canada, la police a annoncé, lundi 22 avril, qu'elle a déjoué un projet d'attentat. Deux hommes, dont on ne connaît pas la nationalité, ont été arrêtés, l'un à Toronto, l'autre à Montréal. L'attaque aurait dû viser un train de passagers dans la région de Toronto. La police canadienne assure que les deux suspects recevaient des ordres d'al-Qaïda en provenance d'Iran. 

Publicité

Avec notre correspondante à Québec, Pascale Guéricolas

Selon les premiers éléments de l’enquête, révélés par la police, les deux suspects envisageaient de faire dérailler un train dans la grande région de Toronto. Certaines agences de presse précisent qu’il s’agirait de la liaison ferroviaire entre la métropole canadienne et New York.

Chiheb Esseghaier, 30 ans, et Raed Jaser, 35 ans, auraient reçu des directives et des informations d’un groupe terroriste d’al-Qaïda, installé en Iran. Les enquêteurs, qui surveillaient les deux hommes depuis août dernier, restent avares de détails sur la nature de cette assistance. Tout comme ils refusent de dire si d’autres personnes auraient trempé dans le complot.

Pour l’instant, on ignore si les deux complices avaient fixé une date pour leur attentat. Gaétan Courchesne, de la police canadienne, a tenté de rassurer la population : « Je tiens à rassurer nos citoyens bien que la GRC (la police fédérale) croyait que ces individus avaient la capacité et la volonté de poser des actes criminels, il n'y a eu aucun danger imminent pour la population en général, ni pour les employés des chemins de fer, les passagers des trains ou l’infrastructure ferroviaire. »

Les policiers ont pris soin de souligner l’étroite collaboration dans cette affaire avec le FBI et les services de renseignement américains. On en saura peut-être davantage dans les prochaines heures puisque les deux suspects doivent comparaître, ce mardi 23 avril, devant un juge.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail