Accéder au contenu principal
Honduras

Le Honduras bat les records de criminalité

Un policier sur une scène de crime au Honduras, le 22 avril 2013.
Un policier sur une scène de crime au Honduras, le 22 avril 2013. REUTERS/Jorge Cabrera
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Honduras, la découverte d'un plan supposé pour assassiner un journaliste, un député et un commandant de la police met une nouvelle fois en alerte ONG et associations comme Reporters sans frontières. Elles mettent en garde contre la dérive de ce petit pays d’Amérique centrale.

Publicité

Avec notre correspondant à Mexico, Patrice Gouy

Depuis le coup d'Etat de 2009, 30 journalistes et 148 opposants ou syndicalistes ont été assassinés, la plupart par des groupes paramilitaires qui ont fait leur réapparition. Pas un seul cas n’a été résolu par la police et la justice. La plupart des victimes enquêtaient sur la corruption politique, les concessions minières, les problèmes agraires et le trafic de drogue.

Cette violence contre des activistes sociaux n’a pas cessé avec la prise de fonctions de Pepe Lobo en janvier 2010 comme l’espérait la population. Le Honduras détient le record du monde des homicides avec un taux de 85 pour 100 000 habitants. San Pedro Sula, 500 000 habitants, est considérée comme la ville le plus dangereuse du monde.

La population a le sentiment que l’Etat est dépassé par les mafias et trafiquants de drogue. A six mois des élections présidentielles, les associations démocratiques craignent que cette situation ne favorise le retour d’un régime autoritaire qui conduira inéluctablement à limiter la liberté d’expression, celle de la presse et de la libre entreprise.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.