Bolivie

Bolivie : le président Evo Morales expulse l'USAID

Le président de Bolivie, Evo Morales.
Le président de Bolivie, Evo Morales. © Reuters

Evo Morales a annoncé le 1er mai l’expulsion du pays de l’USAID, l’Agence américaine pour le développement international. Le président bolivien a accusé, sans plus de précisions, l’organisme, de conspiration et d’ingérence dans la politique intérieure de la Bolivie. Une décision qui intervient alors que les relations diplomatiques entre les deux sont rompues depuis 2008 et l’expulsion, pour des motifs similaires, de l’ambassadeur des États-Unis à La Paz et du DEA, l’Agence antidrogue américaine.

Publicité

Avec notre correspondant à La Paz, Reza Nourmamode

C’est devant des milliers de personnes rassemblées sur la place Murillo, face au palais présidentiel, qu’Evo Morales a prononcé un discours de plus d’une heure à l’occasion de la fête du Travail. Un discours essentiellement consacré aux thèmes économiques et sociaux, jusqu’à cette annonce :

« Ils doivent encore penser qu’ils peuvent venir ici et nous manipuler politiquement et économiquement. Même si cela appartient au passé, il y a encore des organismes liés à l’ambassade des États-Unis qui continuent de conspirer contre notre processus politique, contre le peuple et contre le gouvernement national. C’est pour cela que nous avons décidé d’expulser l'USAID de Bolivie. Plus jamais l'USAID ne manipulera nos compagnons en leur donnant des aumônes. Cette agence avait des objectifs politiques et non des objectifs sociaux ».

Il y a deux semaines, le président bolivien avait déjà menacé la permanence d’USAID dans le pays après les propos du secrétaire d’État américain John Kerry, qui avait déclaré que l’Amérique latine était « l’arrière-cour » des États-Unis.

L'USAID travaille en Bolivie depuis 1964, et concentre l’essentiel de son aide au secteur de la santé dans lequel elle a injecté environ 15 millions d’euros ces trois dernières années. 

L'objectif de l'USAID est, depuis 1964, d'aider le gouvernement bolivien à améliorer le quotidien de la population.

Patrick Ventrell

Morales a assuré que son gouvernement allait prendre en charge les programmes de coopération de l’agence américaine.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail