Etats-Unis

Etats-Unis: scandales en séries pour Barack Obama

Le ministre américain de la Justice, Eric Holder, lors de la conférence de presse du 14 mai 2013 sur l'affaire d'espionnage de l'agence AP.
Le ministre américain de la Justice, Eric Holder, lors de la conférence de presse du 14 mai 2013 sur l'affaire d'espionnage de l'agence AP. REUTERS/Jonathan Ernst

Les ennuis se multiplient pour l’administration Obama au rythme des nouveaux scandales qui semblent éclater chaque jour. Alors que le fisc américain est accusé d’avoir illégalement ciblé des groupes conservateurs pour ses contrôles, l’agence Associated Press a annoncé avoir été victime de ce qu’elle appelle « une intrusion massive et sans précédent ». Les relevés téléphoniques de l’agence et de certains de ses journalistes ont été secrètement saisis. Mardi 14 mai, le ministre américain de la Justice a été contraint de monter au créneau pour se défendre.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

Eric Holder, le ministre américain de la Justice, n’avait pas vraiment le choix. Il fallait bien qu’il s’exprime et surtout qu’il s’explique. Il faut dire que la Maison Blanche lui avait balisé le terrain en fin de matinée lorsque le porte-parole de la présidence américaine, Jay Carney, avait rappelé l’attachement de Barack Obama à la liberté de la presse.

Précisant aussi : « Il croit également, en tant que citoyen et que président qu’il faut éviter toute fuite de renseignements classifiés parce que cela pourrait mettre en danger notre sécurité nationale et la vie d’Américains et d’Américaines à travers le monde ».

Quelques instants plus tard, Eric Holder tient donc une conférence de presse pour expliquer que si Associated Press a été mise sous surveillance, c’est bien parce que l’agence a été mise au courant d’une opération antiterroriste au printemps 2012 entre le Yémen et les Etats-Unis.

« J’ai été procureur à partir de 1976 et je dois dire que c'est au moins l’une des deux ou trois fuites les plus importantes que j’ai jamais vues, a-t-il expliqué. Cela a mis le peuple américain en danger. Ce n’est pas une hyperbole. Cela a mis le peuple américain en danger. »

Et sur l’affaire du fisc, le ministre de la Justice annonce l’ouverture d’une enquête : « Tout le monde en convient, assure Eric Holder, même s’ils n’étaient pas illégaux, ces faits étaient scandaleux et inacceptables ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail