Etats-Unis

Barack Obama s'attaque au fléau des violences sexuelles dans l’armée

Barack Obama, lors une réunion de hauts responsables militaires et civils à la Maison Blanche, a affirmé que les abus sexuels dans l'armée représentaient une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis.
Barack Obama, lors une réunion de hauts responsables militaires et civils à la Maison Blanche, a affirmé que les abus sexuels dans l'armée représentaient une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis. REUTERS/Yuri Gripas

Aux Etats-Unis, la Maison Blanche s’engage contre les violences sexuelles dans l’armée. Une réunion sur le sujet était organisée à Washington, jeudi 16 mai, avec tous les responsables du Pentagone. Il faut dire que le nombre de cas d’agressions sexuelles au sein de l’armée américaine est inquiétant.  

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Raphaël Reynes

La semaine dernière, c’était un officier de l’US Air Force qui était interpellé. L’homme était en état d’ébriété, il venait d’agresser sexuellement une jeune femme sur un parking. Circonstance aggravante : il était justement chargé de la prévention contre les violences sexuelles.

L’affaire n’est pas isolée. Mardi, l’US Army a annoncé avoir ouvert une enquête contre un sergent, lui aussi chargé de cette prévention, et qui aurait agressé une subordonnée, la forçant même à se prostituer.

L’armée américaine est bien contrainte de le reconnaître : ses efforts pour endiguer les agressions et le harcèlement sexuel sont un échec. Ce jeudi, le patron de l’armée de terre s’est adressé à l’ensemble de ses soldats. « Il est temps de faire de ce combat notre mission première » a déclaré Ray Odierno.

Selon lui, les abus sexuels trahissent la confiance entre les soldats et les chefs, « cette confiance sur laquelle notre armée est fondée », souligne le général.

A l’issue de la réunion organisée à la Maison Blanche ce jeudi, Barack Obama a promis de s’attaquer à ce que le président américain qualifie de « fléau ». « Ce n’est pas seulement un crime, ce n’est pas seulement honteux et scandaleux », assure Barack Obama, « c’est quelque chose qui rendra notre armée moins efficace qu’elle ne l’est. En résumé, c’est dangereux pour notre sécurité nationale », conclut le président américain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail