Pérou

Pérou: refus de grâce présidentielle pour l’ex-président Fujimori

Alberto Fujimroi, l’ancien président qui a dirigé le pays d’une main de fer de 1990 à 2000.
Alberto Fujimroi, l’ancien président qui a dirigé le pays d’une main de fer de 1990 à 2000. REUTERS/Mariana Bazo/Files

Au Pérou, le président Ollanta Humala a décidé de rejeter la demande de grâce humanitaire présentée par Alberto Fujimroi, l’ancien président qui a dirigé le pays d’une main de fer de 1990 à 2000 et qui est aujourd’hui emprisonné après avoir été condamné pour violations des droits de l’homme et corruption.

Publicité

Avec notre correspondante à Lima, Chrystelle Barbier

Rarement le chef de l’Etat péruvien s’est montré aussi ferme. Vendredi 7 juin, Ollanta Humala n’a pas douté au moment d’annoncer sa décision concernant Alberto Fujimori, l’ancien président incarcéré pour corruption et violation des droits de l homme.  « Je suis arrivé à la conclusion d’accepter la recommandation qui a été faite à l’unanimité par la commission des grâces présidentielles, a-t-il déclaré. Et c’est pourquoi je m’abstiendrai de faire usage de ma faculté constitutionnelle d’accorder cette grâce ».

Le président a ajouté que, selon les informations auxquelles il avait eu accès, Alberto Fujimori ne souffrait pas d’une maladie grave en phase terminale, comme il l’indiquait. Ollanta HUmala a aussi précisé qu’il avait pris en compte le fait que la demande de grâce ne soit accompagnée d’aucun regret de la part du prisonnier.

Attendue depuis huit mois, l’annonce d’Ollanta humala a immédiatement été critiquée par les partisans d’Alberto Fujimori qui dénoncent un président « inhumain », et devrait faire couler beaucoup d’encre dans un pays complètement divisé quand il s’agit du sort de l’ancien chef de l’Etat, M. Fujimori étant sans doute aujourd’hui aussi adoré par les uns qu’il est détesté par les autres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail