Etats-Unis

Etats-Unis: union sacrée derrière le programme Prism

L'ancien vice-président Dick Cheney, républicain, défend l'utilisation du programme de surveillance par le démocrate Obama.
L'ancien vice-président Dick Cheney, républicain, défend l'utilisation du programme de surveillance par le démocrate Obama. Reuters / Joshua Roberts

Il est rare ces temps-ci que démocrates et républicains parviennent à s’entendre, mais en ce qui concerne le programme de surveillance mis en place pour essayer de déjouer les attentats terroristes, les deux partis sont en général d’accord sur son utilité. En dépit des critiques qu’il a soulevées, le programme a été défendu dans les émissions politiques du dimanche par le secrétaire général de la Maison Blanche et par l’ancien vice-président Dick Cheney.

Publicité

Le secrétaire général de la Maison Blanche, Denis McDonough a défendu sur CBS le programme de surveillance de l’agence nationale de sécurité, affirmant que le président Obama ne pensait pas qu’il violait la vie privée des Américains.

Il a rappelé que le président s’était engagé, en prenant ses fonctions, à protéger ses compatriotes et à respecter la constitution. Tous les membres du Congrès étaient au courant du programme et l’avaient approuvé.

« (Prism) continue d'exister, et c'est une bonne chose (Dick Cheney) »

L’ancien vice-président Dick Cheney a pour sa part défendu dans une interview avec Fox News un programme dont il avait été l’architecte et qui avait été critiqué par Barack Obama au moment de son élection, bien qu’il l’ait maintenant repris à son compte en le modifiant.

« De toute évidence, je ne suis pas un fan du président, a affirmé Dick Cheney. J’ignore ce qu’il a fait de notre programme. Mais d’après ce qui a été publié, il continue d’exister, et c’est une bonne chose. Je pense qu’il a sauvé des vies et a évité de nouveaux attentats. »

Dick Cheney pense que si le programme Prism avait été en place avant le 11 septembre 2001, les attentats auraient peut être pu être évités. Il a par ailleurs estimé que Edward Snowden, le fuiteur de la NSA était un traitre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail