Venezuela

Venezuela: le président Maduro offre l'«asile humanitaire» à Edward Snowden

Le président vénézuélien Nicolas Maduro (g.) et son homologue bolivien Evo Morales, le 1er juillet 2013 à Moscou.
Le président vénézuélien Nicolas Maduro (g.) et son homologue bolivien Evo Morales, le 1er juillet 2013 à Moscou. AFP PHOTO / POOL / YURI KOCHETKOV

Le Venezuela a annoncé vendredi 5 juillet qu'il accordait l'asile à Edward Snowden, l'ancien consultant de la National Security Agency (NSA) à l'origine des révélations sur l'ampleur des programmes de surveillance et d'espionnage des services des Etats-Unis. Le chef d'Etat vénézuélien Nicolas Maduro a donné des indices à propos de cette éventualité, pendant une semaine, avant de confirmer sa décision.

Publicité

Avec notre correspondante à Caracas, Angèle Savino

Nous avons décidé d'offrir cette possibilité que donne le droit humanitaire international de protéger le jeune Snowden face à la persécution de l'empire le plus puissant au monde.

Nicolas Maduro

Le président vénézuélien avait déjà laissé entendre, il y a une dizaine de jours, qu’il pourrait accorder l’asile à Edward Snowden.

Puis, la colère est montée parmi les chefs d’Etats sud-américains, après l’atterrissage forcé, mercredi 3 juillet, en Autriche, d’Evo Morales, suspecté de transporter clandestinement l'ancien consultant de la NSA. Six présidents se sont réunis en urgence le lendemain en Bolivie pour réclamer des excuses à la France, l’Espagne et le Portugal, accusés d’avoir commis une erreur « qui aurait pu mettre en danger la vie du président bolivien ».

Lors de ce sommet en Bolivie, Nicolas Maduro a nargué les Etats-Unis en donnant ce conseil à Evo Morales : « Méfie-toi, l’empire nord-américain devient fou avec ce jeune qui n’a fait que dire la vérité à propos d’un pays qui prétend contrôler le monde, via un espionnage massif. »

Et ce n’est pas non plus un hasard si le président vénézuélien a finalement choisi d’annoncer formellement qu’il accordait l’asile à Edward Snowden, ce vendredi 5 juillet, jour de l’anniversaire de l’indépendance, et quatre mois tout juste après la mort d’Hugo Chavez.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail