Cuba / Panama / Corée du Nord

Navire arraisonné au Panama : Cuba cherchait à réparer ses armes en Corée du Nord

Le navire nord-coréen «Chong Chong Gang» amarré au port de Colon, mardi 16 juillet.
Le navire nord-coréen «Chong Chong Gang» amarré au port de Colon, mardi 16 juillet. REUTERS/Carlos Jasso

Les composants de missiles dissimulées à bord d'un navire nord-coréen arraisonné lundi 15 juillet à Panama appartiennent à Cuba. Les autorités de l'île ont affirmé avoir voulu les acheminer vers la Corée du Nord afin de les réparer puis les rapatrier. Ce mercredi 17 juillet, la Corée du Sud a appelé les Nations unies à se saisir de l'affaire s'il s'avérait que le transport de ces armes violait les résolutions de l'ONU.

Publicité

La plupart remontent à l'époque de l'Union soviétique, les plus jeunes datent de la fin des années 1980. Au total ce sont 240 tonnes d'armes défensives obsolètes que les autorités panaméennes ont découvert dans un bateau nord-coréen, le cargo Chong Chon Gang, dans le port de Colon. En provenance de La Havane, le navire acheminait des missiles, des fusées, des avions et des moteurs vers la Corée du Nord, car elles « devaient être réparées et revenir dans notre pays », a indiqué dans un communiqué le ministère cubain des Affaires étrangères.

Initialement convaincues de la présence de drogue dans le bateau, les autorités panaméennes ont décidé de l'inspecter. Lorsqu'un magistrat anti-drogue et son équipe sont montés à bord, les membres de l'équipage ont tenté d'empêcher l'inspection. D'après un porte-parole de la présidence, le capitaine a même eu « un début d'infarctus puis a tenté de se suicider ». A l'intérieur du navire, les autorités ont retrouvé les armes dissimulées dans des conteneurs parmi 220 000 quintaux de sucre.

Pour Cuba, une question de « souveraineté nationale »

Cuba a invoqué les accords souscrits dans ce domaine, qui « reposent sur la nécessité de maintenir notre capacité défensive pour préserver la souveraineté nationale ». En effet, l'île n'a pas acquis d'armement depuis la chute de l'Union soviétique et affirme avoir besoin de moderniser son matériel.

Des navires transportant du matériel militaire peuvent emprunter le canal de Panama, mais ces cargaisons font l'objet d'un protocole spécial, a expliqué un employé du canal. Le « Règlement de la navigation sur les eaux du canal de Panama » stipule que « tout navire qui arrive dans les eaux du canal doit présenter aux autorités une déclaration d'armes et munitions de guerre à bord ».

Le Conseil de sécurité de l'ONU a été saisi

Les réactions diplomatiques ne se sont pas fait attendre. Patrick Ventrell, porte-parole du département d'Etat américain, a déclaré : « Les Etats-Unis soutiennent fermement la décision souveraine du Panama d'inspecter le navire battant pavillon nord-coréen » et« se tiennent prêts à coopérer ».Corée du Sud s'est dit, quant a elle, satisfaite de l'opération et a souligné la nécessité d'évaluer d'éventuelles violations des résolutions onusiennes concernant le transport d'armes. Les sanctions de l'ONU interdisent la livraison d'armes à la Corée du Nord.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Le Panama, qui a taxé ces armes de « contrebande », a demandé aux Nations unies et au Conseil de sécurité d'envoyer des experts pour examiner la cargaison, mais l'inspection « peut prendre une semaine, explique la présidence. Nous avons ouvert seulement une soute et il en reste quatre ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail