Accéder au contenu principal
Etats-Unis/société

Etats-Unis: Detroit, ex-fleuron de l'automobile, se déclare officiellement en faillite

Detroit a déclaré faillite. L'ancienne capitale de l'automobile pourra-r-elle être sauvée ?
Detroit a déclaré faillite. L'ancienne capitale de l'automobile pourra-r-elle être sauvée ? REUTERS/Rebecca Cook/Files
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La ville de Detroit, ancien joyau de l’Etat du Michigan, vient de se déclarer en faillite, devenant la première cité de cette importance dans l’histoire américaine à se retrouver dans cette humiliante situation.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Comment cette ville qui, à ses belles heures, était la cinquième d’Amérique en est-elle arrivée là ? Deux facteurs l’expliquent : l’exode de sa population qui de près de 2 millions dans les années 50 est passée à 700 000, et une baisse de ses revenus fiscaux. Une mauvaise gestion financière a fait le reste. Detroit n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était du temps où elle avait droit au titre de capitale de l’automobile.

Elle offre aujourd’hui, avec ses bâtiments à l’abandon, ses lampadaires en panne, ses services publics inefficaces, son taux de chômage qui avec 18 % de sans-emplois est le double de celui du reste du pays, et sa criminalité élevée, un spectacle de désolation.

19 milliards de dollars de dettes

Sa dette s’élève à près de 19 milliards de dollars. Un expert a essayé de la négocier avec les créanciers, mais sans succès. Le gouverneur a donc décidé de déclarer la faillite de Detroit, meilleur moyen de la sauver. Si elle peut bénéficier de la loi sur les faillites, le chapitre 11, elle pourra renégocier sa dette.

Le gouvernement fédéral pourra-t-il l’aider ? La Maison Blanche suit la situation de près, mais dans le climat d’austérité actuel, il est peu probable que Washington soit d’une humeur très secourable. Un ancien maire de Detroit reste optimiste. Il cite le cas de Chrysler et General Motors qui, à l’agonie, ont réussi à se relever, grâce, il est vrai, à un coup de main du Trésor américain. Pour lui, Detroit peut faire de même et devenir un modèle pour les autres villes en difficulté. Aujourd’hui, au point mort, la capitale de l’automobile ne désespère pas de repasser un jour en quatrième vitesse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.