Etats-Unis / Médias

Etats-Unis: le patron d’Amazon s’offre le «Washington Post»

La diffusion du «Washington Post» a chuté de près de 40% en dix ans.
La diffusion du «Washington Post» a chuté de près de 40% en dix ans. REUTERS/Stelios Varias

Jeff Bezos, patron du magasin en ligne Amazon, a racheté ce lundi 5 août le Washington Post pour 250 millions de dollars. Cette opération marque le virage de la presse vers le numérique et la fin d’une dynastie à la tête de ce prestigieux quotidien, à l’origine du scandale du Watergate.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Pierre-Yves Dugua

À 49 ans, Jeff Bezos, 19e fortune mondiale, est assis sur un patrimoine de plus de 28 milliards de dollars. Les 250 millions qu’il verse pour acquérir le Washington Post sont l’équivalent de ce qu’il gagne, ou de ce qu’il perd, en une journée normale, lorsque sa participation de 19% dans Amazon, la société qu’il a fondée, fluctue tantôt à la baisse, tantôt à la hausse.

Pour autant, ce n’est pas Amazon, le leader du commerce en ligne du livre en ligne, qui rachète le quotidien de la capitale américaine, mais Jeff Bezos à titre personnel. Cet homme qui ne se mêle guère de politique promet de conserver la direction en place.

Il compte également expérimenter avec elle des formules s’appuyant sur internet, pour relancer un journal accablé comme tant d’autres par sept années de déclin, une chute de près de 40% de sa diffusion en dix ans et des pertes que les ventes d’actifs, comme le magazine Newsweek, n’ont pas compensées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail