Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: le Tribunal suprême rejette la plainte de l'opposant Henrique Capriles

Henrique Capriles, le 24 avril 2013.
Henrique Capriles, le 24 avril 2013. Reuters.
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Venezuela, le Tribunal suprême de justice a rendu sa décision suite à la plainte déposée par l'opposition au lendemain des résultats de l'élection présidentielle, remportée en avril dernier par le candidat chaviste, Nicolas Maduro. Henrique Capriles, candidat de l'opposition, avait déposé une plainte en 10 points, affirmant que le scrutin avait été entaché de multiples fraudes. Hier, mercredi 7 août, la plus haute autorité judiciaire du pays a déclaré ce recours irrecevable. Pire, elle a décidé d'infliger une amende à Henrique Capriles et envisage des suites judiciaires.

Publicité

« Des affirmations péremptoires et irrespectueuses » cherchant à « saper » la confiance des citoyens dans les institutions du pays. C'est ainsi que la présidente du Tribunal suprême de justice, Gladys Gutierrez, a expliqué le rejet de la plainte déposée par Henrique Capriles.

Le candidat de l'opposition, qui a perdu le scrutin présidentiel avec un peu moins de 1,5% de différence, a en outre été condamné à payer une amende de 10.700 bolivars, l'équivalent de 1700 dollars. Selon le Tribunal suprême de justice, les plaignants n'ont pas présenté de preuves suffisantes qui confirmeraient les accusations de fraudes.

 Capriles juge la décision inadmissible

Cette plainte a donc été tout simplement jugée irrecevable. Qui plus est, le caractère diffamatoire des déclarations d'Henrique Capriles pourrait donner lieu à une enquête. C'est en tout cas ce que suggère le Tribunal suprême qui demande au procureur de la République d'analyser le dossier.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Henrique Capriles a immédiatement envoyé un tweet, jugeant cette décision inadmissible.

La veille, il avait annoncé qu'il saisirait les « instances internationales », sans précisé de quelles juridictions il s'agissait et que sa coalition participerait bien au scrutin municipal de décembre prochain. Mais ce revers judiciaire pourrait bien changer la donne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.