Pakistan / Etats-Unis

Drones: Amnesty international accuse les Etats-Unis de crimes de guerre au Pakistan

Un drone américain Predator MQ-1, le 6 février 2013
Un drone américain Predator MQ-1, le 6 février 2013 Effrain Lopez/Handout

Amnesty international publie, ce mardi 22 octobre, un rapport exhaustif et à charge contre les Etats-Unis. Elle les accuse dans certains cas précis de crimes de guerre et d'exécutions extrajudiciaires dans le cadre de ses opérations dans le nord-ouest du Pakistan. L'absence quasi-totale de transparence autour du programme de drones est qualifiée « de permis de tuer ».

Publicité

L'impressionnant travail de terrain effectué dans des conditions dangereuses, les zones tribales étant en proie à d'intenses combats entre talibans et forces armées pakistanaises, a permis de démontrer que les attaques de drones violaient les droits humains élémentaires.

« Nous disposons de nouvelles preuves tangibles que les Etats-Unis sont responsables d'homicides illégaux dans les attaques de drones, explique Polly Truscott, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d'Amnesty international. Certains de ces homicides peuvent être qualifiés d'exécutions extrajudiciaires ou de crimes de guerre ».

Des civils pris pour cibles

Dans neuf cas de frappes de drones dans le Waziristan du nord, perpétrées entre janvier 2012 et août dernier, Amnesty relève des preuves irréfutables que des civils ont été pris pour cibles. Des femmes, des ouvriers, des enfants, qui ne constituaient aucune menace. Leur homicide arbitraire est donc un crime qui relève du droit international.

« Pour contredire les autorités américaines qui qualifient leur cibles de « terroristes », s'indigne Polly Truscott, je vais vous citer un exemple : une femme de 68 ans était en train de planter ses légumes dans un champ sur sa propriété, entourée de ses petits-enfants, quand son corps a été déchiqueté par un missile. Comment cette femme, Mamana Bibi, c'était son nom, pouvait-elle avoir de près ou de loin des liens avec les insurgés ? Pour nous, ça n'a aucun sens ! »

Obama n'a pas tenu sa promesse en matière de transparence

En mai dernier, le président américain avait promis une plus grande transparence sur les drones. Son engagement ne s'est pas traduit dans les faits, remarque Amnesty qui exige la fin de l'impunité et que le voile du secret autour de ces attaques soit levé pour que les victimes obtiennent justice et que leurs familles soient indemnisées.

Un appel a également été lancé aux autorités pakistanaises, accusées de passivité pour ces populations des zones tribales qui n'ont aucune protection juridique et très peu d'assistance médicale.

Ce rapport coïncide avec la visite officielle du Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif à Washington. La visite est placée, entre autres, sous le signe de la reprise de l'aide antiterroriste à Islamabad. Le soutien financier avait été interrompu suite au raid contre Ben Laden en 2011.

► A (RE)ECOUTER : Le drone armé non éthique ?

Pour aller plus loin :

Le rapport d'Amnesty International : Drones américains au Pakistan : à qui le tour ? (en anglais)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail