Accéder au contenu principal
MEXIQUE

Mexique: découverte d'un cimetière clandestin lié au trafic d'organes des migrants?

Des Mexicains attendent en ligne pour traverser la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, à Tijuana au Mexique, le 6 mai 2012.
Des Mexicains attendent en ligne pour traverser la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, à Tijuana au Mexique, le 6 mai 2012. REUTERS/Carlos Barria
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Au Mexique, alors qu’il recevait le prix Juan de Palafox des mains du gouverneur de Puebla, le père Alejandro Solalinde, fondateur d’une maison refuge a déclaré que les migrants centre-américains pouvaient être la cible des trafiquants d’organes. Le prête s'interroge depuis la découverte d'un cimetière clandestin avec des cadavres manquants d'organes. Il essaye de vérifier ces informations et réclame une enquête.

Publicité

Avec notre correspondant à Mexico,Patrice Gouy

Le prêtre catholique Alejandro Solalinde est très inquiet. Il tient de sources sûres que dans un lieu qu’il ne peut encore révéler, les autorités ont découvert un cimetière clandestin avec des corps auxquels il manque des organes.

« Il y a des fosses clandestines déjà recensées par des médecins légistes, mais qui n'ont pas fait l'objet d'enquête. Mais on a retrouvé plusieurs corps dans deux ou trois villages, sans organes. On leur a prélevé les organes » assure le prêtre.

Le père Solalinde est un homme qui pèse ses mots. Il se bat pour défendre les droits des migrants contre les exactions de la police, de l’armée, de l’Institut national de migration ou des cartels, ce qui lui vaut de nombreuses menaces de mort. « Il y a deux ou trois villages où ils ont déjà trouvé plusieurs de ces fosses. Comment je l'ai su ? et bien des autorités de l'Etat m'en ont informé, de façon confidentielle. »

L'hypothèse de migrants vers les Etats-Unis

Alejandro Solalinde s’inquiète aujourd’hui de cette découverte macabre car aucun des corps retrouvés n’a été réclamé, d’où son hypothèse qu’il pourrait s’agir de migrants en route vers les Etats-Unis. Le prêtre mexicain considère que le trafic d’organes est possible au Mexique. « Il y a beaucoup de probabilité que ce soient des migrants. Les autorités ne l'ont pas précisé, mais c'est très possible car cela s'est produit sur la route migratoire. »

Il existe des cellules criminelles sophistiquées qui font la traite de femmes et d’enfants, trafiquent la drogue, les armes et qui grâce à la corruption, peuvent tout à fait bénéficier de la complicité d’un secteur santé. « Pour eux, les migrants sont comme des marchandises, ils leur rapportent de l'argent vivant et entiers, et même en morceaux. » affirme le père Alejandro Solalinde.

Il faut en effet, de multiples accointances pour organiser le trafic d’organes. Il sait l’affaire délicate et refuse tout sensationnalisme, mais regrette que le sujet reste tabou pour le gouvernement.

Il y a deux ou trois villages où ils ont déjà trouvé plusieurs de ces fosses. Comment je l'ai su ? Et bien des autorités de l'Etat m'en ont informé, de façon confidentielle.

Alejandro Solalinde

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.