Argentine

Argentine : Cristina Kirchner, opérée, reprendra ses fonctions le 18 novembre

La présidente argentine, Cristina Kirchner, pourra reprendre ses fonctions.
La présidente argentine, Cristina Kirchner, pourra reprendre ses fonctions. REUTERS/Eduardo Munoz

En Argentine, la présidente Cristina Kirchner, opérée d’un hématome crânien le 8 octobre et au repos depuis cette date, reprendra ses fonctions le 18 novembre, selon un communiqué diffusé le 11 novembre. Ses médecins ont donné leur accord, après les derniers examens cardiologiques qui lui ont été réalisés. Mais cette reprise sera partielle et progressive, ce qui ne sera pas sans conséquences politiques.

Publicité

Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

Cristina Kirchner, 60 ans, reprendra ses fonctions le 18 novembre, mais il lui reste interdit de prendre l’avion, au moins jusqu’au 8 décembre, date à laquelle de nouveaux examens lui seront pratiqués. En attendant, c’est le vice-président Amado Boudou, actuellement en charge de la présidence, qui la représentera en province et à l’étranger.

A (RE)LIRE : Bien que souffrante, Cristina Kirchner dirige toujours l'Argentine

Mais ses médecins lui recommandent également d’éviter toute situation de stress, ce qui veut dire que Cristina Kirchner devra déléguer de nombreuses décisions. Dans l’immédiat, l’équipe de fidèles qui a pris les affaires en mains en son absence, dirigée par le secrétaire de la présidence Carlos Zaninni, devrait renforcer son emprise.

Mais rien n’est dit pour la suite. La présidente est diminuée physiquement, mais aussi politiquement, en raison de la défaite des listes pro-gouvernementales aux législatives du 27 octobre, et parce qu’elle ne peut se représenter en 2015.

A (RE)LIRE : Argentine : la coalition présidentielle remporte les législatives partielles, mais l'opposition se renforce

Alors qu’on attend d’importantes mesures économiques dans les prochaines semaines, deux courants s’affrontent au sein du gouvernement. Les partisans de la continuité, et d’un certain protectionnisme, font face à ceux qui prônent une ouverture, qui passerait notamment par un règlement des dettes de l’Argentine avec le Club de Paris et les créanciers qui n’ont pas accepté les restructurations de 2005 et 2010.

A (RE)LIRE : Argentine: les enjeux économiques des législatives

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail