Etats-Unis

Assassinat de JFK: le passage de Lee Harvey Oswald en URSS

Lee Harvey Oswald (c) accusé d'avoir assassiné le président John F. Kennedy, à Dallas, le 22 novembre 1963.
Lee Harvey Oswald (c) accusé d'avoir assassiné le président John F. Kennedy, à Dallas, le 22 novembre 1963. REUTERS/Dallas Police Department/Dallas Municipal Archives/Unive
3 mn

Ce 22 novembre, cela fait 50 ans que John Fitzgerald Kennedy a été assassiné à Dallas. Des dizaines de livres ont été consacrés à cet évènement et au meurtrier présumé, Lee Harvey Oswald. Ce que l’on sait moins, c’est qu’Oswald a vécu deux ans et demi en URSS, à Minsk, la capitale de la Biélorussie, où il s’est même marié. 

Publicité

C’est un mélange de raisons idéologiques qui a conduit Lee Harvey Oswald à Minsk. Il était  communiste, marxiste. Ceux qui se sont intéressés à sa biographie, soulignent qu’il cherchait un chez-soi, de la stabilité, après avoir déménagé une vingtaine de fois aux Etats-Unis, en suivant sa mère. En fait il n’a tenu que deux ans et demi à Minsk, où le pouvoir soviétique lui a permis de vivre, entre octobre 1959 et juin 1962. Juin 62 où, excédé d’être suivi par le KGB , il décide de rentrer aux Etats-Unis. Il tuera John Fitzgerald Kennedy 17 mois plus tard.

L'image d'un homme ordinaire

On connaît assez bien sa vie à Minsk. L’écrivain américain Norman Mailer a enquêté sur cet épisode de sa vie. Et puis, il y a quelques jours, la radio américaine Radio Free Europe a publié les interviews filmées de trois personnes qu’il a côtoyées pendant son séjour biélorusse. Et c'est l’image d’un homme ordinaire, médiocre, voire ennuyeux qui ressort. Le contexte n’est pas favorable aux épanchements. Stanislau Shoushkevich, qui va devenir le premier leader de la Biélorussie post-soviétique, travaillait dans la même usine qu’Oswald, où ils fabriquaient des radios. Stanislau Shoushkevich lui enseignait le russe, après le travail. « De simples cours de conversation », dit-il, soulignant qu’ils n’ont jamais parlé politique ensemble.

Une vie soviétique discrète

Inna Markava et Inessa Yakhliel, qui l’ont fréquenté de façon privée, notent combien il était discret sur sa vie passée américaine, sauf pour dire combien son service militaire lui était apparu « horrible ». Inessa Yakhliel était une amie de Marina, qui a épousé Oswald et eu un enfant de lui. Toutes deux ont eu l’impression d’un homme qui voulait rompre avec son passé. Tous disent aussi qu’il s’est lassé de sa vie soviétique, une fois que ses connaissances de Minsk se sont accoutumés à sa présence et qu’il n’a plus été au centre de l’attention.

Lee Harvey Oswald, un personnage médiocre

Mais rien de son passage à Minsk laisse penser qu’il voulait assassiner John Fitzgerald Kennedy. Certes, Inna Markava, estime qu’Oswald voulait laisser l’image de quelqu’un de fameux, d’exceptionnel. Certainement à cause de sa médiocrité. Mais ce n’est qu’une impression personnelle. Inessa Yakhliel, elle, donne une information intéressante, elle se souvient d’avoir regardé la télévision avec Oswald, un jour où Kennedy et Khrouchtchev s’étaient rencontrés. Et elle dit que Lee Harvey Oswald avait trouvé que John Fitzgerald Kennedy était le seul président à avoir de la sensibilité.

Les témoignages filmés de ceux qui l'ont connu à Minsk

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail