SALVADOR

Les enjeux de l'élection présidentielle au Salvador

Les murs aussi se parent des portraits des candidats : Salvador Sanchez Ceren est le candidat du FMLN, le 31 janvier à San Salvador.
Les murs aussi se parent des portraits des candidats : Salvador Sanchez Ceren est le candidat du FMLN, le 31 janvier à San Salvador. AFP/Inti Ocon

Ce dimanche 2 février, les électeurs du Salvador se rendent aux urnes pour choisir leur président pour les cinq prochaines années. Le Salvador est un petit pays de 6 millions d'habitants, coincé entre le Pacifique, le Honduras et le Guatemala en Amérique centrale. Il est surtout connu pour son taux de criminalité très élevé, et ses gangs, les fameuses maras. Ce pays producteur de café et de services, possède un fort taux de chômage et d'emplois précaires, et plus de 40 % de taux de pauvreté.

Publicité

Le Salvador a connu une guerre civile meurtrière entre 1979 et 1992 qui a fait plus de 80 000 morts. Elle opposait plusieurs mouvements de guérilla au pouvoir central et les forces armées étaient soutenues par Washington. Les accords de paix en 1992 ont permis aux guérillas dont le FMLN, le Front Farabundo Marti pour la Libération Nationale, d'être intégrées dans la vie politique, face au parti de droite Arena.

Objectif : un retour au pouvoir de la droite

Lors des dernières élections en 2009, le FMLN a remporté les élections grâce à son alliance avec un groupe modéré dont faisait partie Mauricio Funes, le président sortant. L'enjeu pour le FMLN est aujourd'hui de conserver le pouvoir, cette fois sans alliance. Son candidat est Salvador Sánchez Cerén, vice-président sortant, qui sera opposé à Norman Quijano, maire de la capitale et candidat de l'Arena, l'Alliance républicaine nationaliste.

L'enjeu pour le principal parti de droite Arena est de revenir au pouvoir, après avoir été fragilisé par sa défaite électorale en 2009 et une scission en son sein qui a vu naître un troisième parti, Unidad, dirigé par l'ex-président Tony Saca. Ce dernier sera sans doute le troisième homme qui fera pencher la balance d'un côté ou de l'autre.

Les principaux enjeux

L'un des principaux enjeux du scrutin est d'enrayer la violence qui a un impact sur la faible croissance du pays. « La question de la violence est au centre des discours mais aussi au coeur de leur programme de l'ensemble des candidats. C'est sur ce thème qu'ils fondent leurs politiques même. (..) Les méthodes seront sensiblement les mêmes avec un appui des Etats-Unis pour pouvoir développer des unités de police anti-drogue » explique Benjamin Moallic chercheur à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

→ A (RE) LIRE : Le Salvador condamné pour violations des droits de l'homme

Le parti de droite Arena semble vouloir adopter des mesures plus répressives pour lutter contre les bandes organisées et le racket qui prend à la gorge toute la population, notamment les petits entrepreneurs. Cette violence est en hausse malgré la trêve entre les deux principaux gangs.

Les «remesas» indispensables à l'économie

Plus d'un million de Salvadoriens vivent aux Etats-Unis, un chiffre considérable pour un pays de 6 millions d'habitants. De l'Etat américain, ils envoient les « remesas », des transferts d'argent à leurs familles qui se sont réduits à cause de la crise économique. Environ 10 000 d'entre eux ont déjà voté. Dimanche 2 février, près de 5 millions d'électeurs sont appelés aux urnes au Salvador. Beaucoup d'analystes prévoient un second tour.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail