Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

A la Une : les JO de Sotchi, à environ 280 kilomètres d’une zone de conflit

(De gauche à droite ) : Elena Isinbaeva, maire du village olympique, Vladimir Poutine et Vitaly Mutko, le ministre russe du Tourisme et des Sports visitent le village olympique, le 5 février 2014.
(De gauche à droite ) : Elena Isinbaeva, maire du village olympique, Vladimir Poutine et Vitaly Mutko, le ministre russe du Tourisme et des Sports visitent le village olympique, le 5 février 2014. REUTERS/Pascal Le Segretain
5 mn

Publicité

(De gauche à droite ) : Elena Isinbaeva, maire du village olympique, Vladimir Poutine et Vitaly Mutko, le ministre russe du Tourisme et des Sports visitent le village olympique, le 5 février 2014.
(De gauche à droite ) : Elena Isinbaeva, maire du village olympique, Vladimir Poutine et Vitaly Mutko, le ministre russe du Tourisme et des Sports visitent le village olympique, le 5 février 2014. REUTERS/Pascal Le Segretain

A J-2 de l’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi, le New York Times juge bon de rappeler que ce grand événement sportif se déroulement proche d’une zone de conflit, à savoir le Caucase. Le journal publie un reportage sur les opérations que mènent les forces russes contre les militants islamistes à Baksan. La semaine dernière, écrit le journal, quatre hommes suspectés de terrorisme ont été abattus dans une maison à Baksan. « Cette ville se trouve à 280 kilomètres de Sotchi », précise le New York Times. Avant de continuer : « Le conflit armé dans le Caucase est un des plus anciens dans le monde, une sale guerre entre les militants toujours plus nombreux et des forces de l’ordre qui peuvent agir avec une extrême brutalité. Et c’est parce que les JO ont une grande importance symbolique pour la Russie que la ville de Sotchi devient une cible privilégiée pour les terroristes islamistes ».

Les mésaventures des envoyés spéciaux à Sotchi

Le Washington Post publie une sélection de tweets envoyés par les reporters qui viennent d’arriver à Sotchi. Un reporter se plaint par exemple d’avoir croisé des chiens errants dans les couloirs de l’hôtel. Une équipe de la chaîne CNN s’étonne que parmi les 11 chambres réservées il y a six mois, seulement une est prête. Une autre journaliste a posté la photo d’un verre rempli d’eau du robinet de l’hôtel. On dirait du thé noir. Une autre envoyée spéciale s’exclame, également sur Twitter : « Super, j’ai une chambre, sans internet et sans chauffage, mais c’est déjà ça ». Et un de ses confrères d’en remettre une couche : « Bon, il n’y pas d’espace d’accueil à la réception, mais au moins ils ont mis une jolie photo de bienvenue ». En fait, la photo montre le portrait du président Vladimir Poutine.

Le gouvernement américain réduit ses attaques de drones au Pakistan

C’est ce que rapporte le Washington Post. D’après le quotidien, les autorités américaines auraient pris cette décision à la demande du gouvernement pakistanais. LeWashington Post précise « qu’il n'y a plus eu de frappes de drones depuis le mois de décembre. C’est la suspension la plus longue depuis 2011 », écrit le quotidien. Alors pourquoi cette pause ? D’après le quotidien, l’administration Obama souhaiterait ainsi faciliter des négociations entre les autorités pakistanaises et les talibans. Dans le passé, le Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, a accusé le gouvernement américain de vouloir saboter le dialogue. Il n’empêche, ajoute le Washington Post, un responsable américain a tenu à préciser que les frappes de drones contre de hauts responsables d'al-Qaïda continueraient dès lors qu’ils sont localisés ou lorsqu’ils représentent une menace contre des Américains.

Il y a vingt-deux ans, la tentative de coup d’Etat d’Hugo Chavez

Le gouvernement vénézuélien a célébré le mardi 4 février 2014 le 22e anniversaire de la tentative de coup d’Etat d’Hugo Chavez. Les festivités se trouvent même en Une du journal d’opposition Tal Cual. « La fête du putsch », titre le quotidien. Selon Tal Cual, le président Nicolas Maduro a rendu hommage à l’ancien « comandante » Hugo Chavez. « Il y a vingt-deux ans, le Venezuela s’est réveillé rebelle, tant de choses ont été accomplies et tant de choses restent à faire », a affirmé le président cité par Tal Cual. En 1992, Hugo Chavez voulait renverser le président Carlos Andres Pérez et avec lui toute l’organisation oligarchique de l’économie.

En 2014, son successeur Nicolas Maduro est confronté à une grave crise économique et le patronat vénézuélien hausse le ton. D’après le site d’information Infolatam, la fédération nationale patronale, Fedecameras, a annoncé qu’elle allait déposer un recours contre la loi du prix juste, une loi entrée en vigueur il y a quelques semaines et qui limite à 30% la marge de profits sur les biens et services au Venezuela. Le président, pour sa part, à mis en garde le patronat : « Nous allons exproprier les entreprises qui ne respectent pas la nouvelle loi », a-t-il fait savoir hier ; des propos repris entre autres dans le journal colombien El Universal

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.