Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etats-Unis: grève de la faim de clandestins menacés d’expulsion

Des immigrés clandestins, originaires du Guatemala, expulsés de l'État d'Arizona en 2011.
Des immigrés clandestins, originaires du Guatemala, expulsés de l'État d'Arizona en 2011. © Getty Images / John Moore
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un millier de migrants clandestins du centre de rétention de Tacoma dans l’Etat de Washington sont en grève de la faim illimitée. Ils risquent la reconduite à la frontière et interpellent Barack Obama. Après cinq ans de mandat, l’administration Obama a expulsé autant de clandestins que George Bush en huit ans soit 2 millions de personnes.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Cappomaccio

Ils sont 1 300 dans la prison de Tacoma, des clandestins en attente de l’examen de leur situation, qui sera suivie, pour la plupart d'entre eux par une reconduite à la frontière. Ces sans-papiers, en grève de la faim, demandent au président Obama un moratoire sur les expulsions, en attendant le vote de la réforme sur l’immigration.

Le président des Etats-Unis est le premier défenseur de ce projet de loi, rejeté par les républicains. Selon l’administration, les expulsions ont justement pour but de montrer à l’opposition que les frontières ne sont pas des passoires, et que la loi sur la régularisation des clandestins s’accompagne de fermeté à l’égard des nouveaux arrivants.

Mais le message passe mal et le nouveau surnom de Barack Obama dans les groupes de pression latino-américains est « l’expulseur en chef ». Ce dossier est crucial pour la prochaine présidentielle. Plus de 70% des Latinos-Américains ont voté démocrate en 2008 et de nombreux élus républicains sont d’ailleurs persuadés qu’il leur est impossible de reconquérir la Maison Blanche sans politique de régularisation.

Mais le record d’expulsions est désormais un problème pour Barack Obama, car les groupes de pression menacent tout simplement de boycotter les élections, estimant que le président est responsable de cette politique répressive.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.