Chili

Chili: Michelle Bachelet, le retour

Michelle Bachelet prend ses fonctions en tant que présidente du Chili ce mardi 11 mars 2014.
Michelle Bachelet prend ses fonctions en tant que présidente du Chili ce mardi 11 mars 2014. REUTERS/Cristobal Saavedra

Michelle Bachelet est de retour à la tête du Chili. Celle qui fut présidente de 2006 à 2010 doit être investie aujourd’hui pour un nouveau mandat de 4 ans. Son retour marque la fin du premier gouvernement de droite après la dictature d’Augusto Pinochet. Sebastian Piñera, entrepreneur multimillionnaire quitte La Moneda, le palais présidentiel chilien, avec un taux de confiance de 50%. Il pourrait à nouveau se présenter en 2017 pour un second mandat. Michelle Bachelet va donc vite devoir se mettre au travail car elle a été élue sur la base d’un programme ambitieux.

Publicité

Un programme ambitieux avec trois grands projets. Tout d’abord une importante réforme de l’éducation. Le but est de parvenir à la gratuité notamment dans le système universitaire d’ici à six ans et de mettre fin aux profits récoltés par les écoles privées, qui sont financées en partie par des subventions publiques. Le deuxième chantier que souhaite s'attaquer rapidement Michelle Bachelet est une réforme fiscale qui doit permettre à terme de rétablir l’équité dans ce domaine et également permettre de financer notamment la réforme de l’éducation.

Réforme constitutionnelle

Enfin le troisième grand objectif fixé par la nouvelle présidente et qui semble le plus difficile à atteindre est le changement de Constitution. Michelle Bachelet souhaite enterrer celle héritée de la dictature d’Augusto Pinochet. Mais pour y parvenir, une majorité au deux tiers dans les deux chambres est nécessaire. La coalition dont est issue la nouvelle présidente ne dispose pas de ces fameux deux tiers. Michelle Bachelet va devoir convaincre des élus indépendants, mais également des élus de droite, très peu enclin à un tel changement.

Michelle Bachelet, un retour attendu

Pour l'instant, celle qui fut déjà présidente entre 2006 et 2010, bénéficie d'un indice de popularité très élevé. Elle va donc pouvoir manœuvrer à sa guise durant les premières semaines de son mandat. Mais Michelle Bachelet doit faire vite pour ne pas décevoir ceux qui ont placé beaucoup d'espoir sur son retour aux affaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail