Etats-Unis / Syrie

Les États-Unis ferment l’ambassade syrienne

L'ambassade de Syrie à Washington, dont les Etats-Unis ont exigé la fermeture, mardi 18 mars.
L'ambassade de Syrie à Washington, dont les Etats-Unis ont exigé la fermeture, mardi 18 mars. AFP PHOTO/Jewel Samad
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Washington a décidé ce mardi 18 mars de fermer l'ambassade et les consulats de Syrie aux États-Unis. Selon Washington, la décision a été prise en raison de l'illégitimité du régime de Bachar el-Assad. Une décision contestée par la Syrie et la Russie.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

Une décision « arbitraire » et « illégale », a estimé le ministère syrien des Affaires étrangères après l'annonce de la fermeture de la représentation diplomatique syrienne aux États-Unis. Pour la Russie, cela signifie que Washington abandonne de facto son rôle de « co-sponsor » d'un règlement politique en Syrie.

Mais les protestations syriennes et russes n’infléchissent pas la décision américaine. L’ambassade et les consulats syriens doivent fermer, et tous les diplomates, tous les ressortissants syriens, qui travaillent pour ces représentations devront avoir quitté le territoire américain au 31 mars, affirme Washington.

La décision a été prise depuis plusieurs semaines et respecte les conventions internationales, selon Jen Psaki porte-parole du département d’État. « Nous respectons, non seulement le droit, mais tous les aspects des conventions de Vienne sur les relations diplomatiques. Le département d’État assumera ses responsabilités concernant la protection des installations des missions syriennes, si aucun autre arrangement n’a été trouvé (par la Syrie) et approuvé par le département d’État d’ici au 31 mars », a-t-il annoncé.

Sur le dossier de la destruction des armes chimiques, et une éventuelle reprise des négociations sur l’avenir de la Syrie, le département d’État réfute les arguments russes de la même manière. Les États-Unis vont continuer à travailler à une solution politique, tout en considérant que « le président Bachar el-Assad a fait la preuve qu’il n’a plus de légitimité à la tête de son pays ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail