France / Cuba

Laurent Fabius à Cuba: une visite historique et économique

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, est le premier ministre français à se rendre à Cuba depuis Claude Cheyssou, en 1983.
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, est le premier ministre français à se rendre à Cuba depuis Claude Cheyssou, en 1983. REUTERS/Benoit Tessier

La France veut renouer des liens forts avec Cuba. C’est dans cette optique que le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, se rend à La Havane ce samedi 12 avril. Outre la question du dialogue politique, le volet économique sera au cœur des pourparlers.

Publicité

De notre envoyé spécial à La Havane

Il s’agit d’une visite express, puisque Laurent Fabius repartira le soir même, mais c’est une visite historique. La première d’un ministre français depuis celle de Claude Cheysson, en août 1983. Depuis, plus de 30 ans se sont écoulés et les relations entre ces deux pays se sont nettement détériorées. En cause, notamment : la question des droits de l’homme. L’arrivée de Laurent Fabius à La Havane se veut un signe fort. Pour le Quai d’Orsay, même si cette visite est très courte, elle est surtout très importante et doit marquer le passage à la vitesse supérieure dans la nouvelle politique latino-américaine de Paris.

La France souhaite pouvoir s’appuyer sur un pays considéré comme influent dans la région et profiter de son ouverture économique. Laurent Fabius aura donc un entretien suivi d’un déjeuner avec son homologue cubain Bruno Rodriguez Parrilla. Le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international rencontrera également des membres de la société civile cubaine et la communauté française de La Havane.

212 millions d'euros d'excédents en faveur de la France en 2013

Et si, d’un côté, cette visite se veut politique, il y a également un volet économique. Des chefs d’entreprises accompagneront Laurent Fabius. Le but, augmenter les échanges entre ces deux pays. Les échanges commerciaux entre les deux pays ont généré 212 millions d’euros d’excédents pour la France en 2013. Paris souhaite passer à la vitesse supérieure. Et la « réactualisation » du modèle économique cubain, entreprise en 2008, doit permettre à terme l’implantation d’entreprises françaises sur le sol cubain. La récente loi sur les investissements étrangers adoptée par La Havane devrait, entre autres, accélérer les échanges entre Paris et La Havane.

Paris veut profiter de la « réactualisation » à Cuba

Cuba, c’est un miracle. Quand on va sur place et que l’on découvre concrètement comment Cuba a pu résister à l’effondrement du bloc soviétique et à la disparition totale d’aides qui étaient apportées, dans le contexte du blocus des Etats-Unis à l’encontre de Cuba, on se demande comment ce pays a pu [...] continuer à se développer, continuer à vivre.

André Chassaigne

Le développement des échanges commerciaux entre les deux pays sera au centre des débats. D’ailleurs, Laurent Fabius, qui sera accompagné par quelques dirigeants d’entreprises françaises pour ce déplacement, doit ouvrir le premier bureau d’Ubifrance à La Havane. L'agence française pour le développement international des entreprises aura la tâche d’attirer des entreprises à Cuba et d’y augmenter les investissements. Pour l’instant, seuls Bouygues, le groupe Accor, Air France et Pernod-Ricard sont installés à Cuba.

Paris souhaite profiter de la nouvelle législation sur les investissements étrangers pour y accroitre sa présence. Cette législation doit permettre aux entreprises étrangères de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. Jusqu’à présent, elles étaient taxées à hauteur de 30 %, mais ce taux devrait être réduit à 8 % pour les nouveaux investisseurs, et à 15 % pour les autres. Cette législation est, aux yeux de la diplomatie française, un signe d’ouverture de l’économie cubaine.

Les autorités locales se refusent cependant à utiliser le terme d’« ouverture ». Elles préfèrent dire qu’elles sont en train de « réactualiser » le modèle économique de l’île. Une urgence pour La Havane dont l’économie ne parvient toujours pas à décoller malgré les réformes adoptées ces dernières années.

Au programme

C'est un déplacement de courte durée, mais le programme de la visite s'annonce chargé. A son arrivée, Laurent Fabius devait se rendre sans délai auprès de son homologue cubain, pour un entretien avec Bruno Rodriguez suivi d'un déjeuner. Les deux ministres ont ensuite prévu de se rendre au pied du monument dédié à José Marti, père de l'indépendance cubaine décédé en 1895. Il est situé sur la place de la Révolution à La Havane. L'occasion d'y déposer des fleurs. Pour Laurent Fabius, direction ensuite l'ambassade de France avec un programme, là encore, très chargé. Le chef de la diplomatie française doit rencontrer des membres de la société civile cubaine, ainsi que des membres de la communauté française de La Havane. Il doit par ailleurs inaugurer la première agence Ubifrance à Cuba, l'agence pour le développement des entreprises françaises à l'étranger.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail