Colombie

Colombie: accord historique entre les Farc et le gouvernement

Le chef de la délégation du gouvernement colombien Humberto De la Calle (g) et le négociateur des FARC Iván Marquez (d) lors d'une déclaration commune à La Havane, le 6 novembre 2013.
Le chef de la délégation du gouvernement colombien Humberto De la Calle (g) et le négociateur des FARC Iván Marquez (d) lors d'une déclaration commune à La Havane, le 6 novembre 2013. REUTERS/Desmond Boylan

Nouveau pas vers la paix en Colombie. Vendredi, le gouvernement et la guérilla des Farc ont annoncé un accord sur le trafic de drogue. C'était le troisième des six points à l'ordre du jour de ces pourparlers de paix entamés en novembre 2012 à Cuba. Pour les deux parties, une étape décisive a été franchie.

Publicité

Le gouvernement colombien et la guérilla des Farc qualifient d'historique l'accord sur le trafic de drogue. « C'est un cap important dans le processus des pourparlers, car il résout l'un des plus graves et les plus douloureux problèmes qu'a dû affronter la société colombienne ces dernières décennies », confirme Humberto de la Calle, chef de la délégation du gouvernement aux pourparlers de paix.

L'accord prévoit des mesures qui agissent aussi bien sur la production que sur le trafic de la cocaïne. Pour inciter les paysans à se détourner de la production de feuille de coca, des cultures de substitution doivent être développées. Le gouvernement s'engage aussi à mettre fin à ses opérations très contestées d'éradication forcée des champs de coca. Ces opérations se font par épandage d'herbicides ce qui provoquent des dégâts sur l'environnement et le tissu social.

Plus de pression sur les narcotrafiquants

En ce qui concerne le trafic de drogue, l'accord prévoit de renforcer la pression sur les grands réseaux criminels, comme l’explique Yvan Marquez, négociateur en chef de la guérilla : « Il faudra créer une nouvelle politique anti-drogue qui concentrera ses efforts sur la persécution et l'incarcération des principaux bénéficiaires du marché des drogues illicites ainsi que sur le démantèlement des réseaux transnationaux du trafic et du blanchiment d'argent ».

A une semaine de l'élection présidentielle, l'accord constitue un avantage non négligeable pour le président sortant, Juan Manuel Santos.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail