La revue de presse des Amériques

A la Une: une fin de campagne électorale marquée par les scandales

Les intentions de votes ne sont pas favorables au président sortant Juan Manuel Santos pour la prochaine élection présidentielle colombienne.
Les intentions de votes ne sont pas favorables au président sortant Juan Manuel Santos pour la prochaine élection présidentielle colombienne. REUTERS/Jose Miguel Gomez
4 mn

En Colombie, la campagne électorale bat son plein pour l'élection présidentielle de dimanche, et tous les coups sont permis.

Publicité

« Fin de campagne scandaleuse », titre El Espectador : la campagne électorale s'est achevée hier en plein scandale d'espionnage, d'écoutes et d'interceptions illégales. Les candidats sont passés du débat politique à la sphère judiciaire, fait remarquer le quotidien. Le dernier épisode concerne une vidéo que s'est procurée Semana et publiée également sur le site d'El Tiempo dans laquelle apparaît Oscar Ivan Zuluaga, le candidat du Centre Démocratique soutenu par l'ancien président Alvaro Uribe, et rival de Juan Manuel Santos. Zuluaga est filmé avec un téléphone portable dans le bureau du hacker Andrés Sepulveda en compagnie de son ancien chef de campagne Luis Alfonso Hoyos.

Le hacker, arrêté le 6 mai dernier pour espionnage, fait part au candidat d'informations militaires et de renseignements sur les principaux chefs des FARC, sur leur état de santé, leur position, et sur la façon dont Santos pourrait redorer son image à l'approche des élections en lançant une attaque contre les FARC. La scène a dû se dérouler le 23 avril, selon Semana. « Ce sont des montages du meilleur style de la fraude chaviste vénézuélienne »,a rétorqué l'ex président Alvaro Uribe dans un communiqué. Une accusation réfutée par le directeur de Semana
 
Buzz autour du licenciement express de la directrice du New York Times

A l’instar du site internet du New Yorker, les journaux s’interrogent sur les raisons qui ont conduit le propriétaire du New York Times à se séparer la semaine dernière de Jill Abramson. Problèmes de management ou discrimination sexuelle ? Le New Yorker visiblement ne veut pas trancher. Selon le magazine, l’ancienne patronne du journal aurait pris des décisions de management qui ont fortement déplu à Arthur Ochs Sulzberger Jr. Mais Jill Abramson voulait aussi renégocier son salaire, qui était apparemment inférieur à celui de son prédécesseur. Pour cela, elle avait pris un avocat, une méthode musclée que le propriétaire du journal n’a pas non plus appréciée.
Le New Yorker note qu’entre Abramson et Sulzberger, dès le départ, ce n’était pas vraiment l’amour fou. Mais peut-on vraiment accuser Sulzberger de sexisme, poursuit le magazine, alors qu’il a nommé, pour la première fois, une femme à la tête du journal, et aussi un Afro-Américain pour lui succéder, ce qui est également une première dans l’histoire du New York Times.

L’opposition vénézuélienne pose ses conditions pour le dialogue nationale
 
Selon le quotidien Version Final, l’alliance de l’opposition, la MUD, pose des conditions à une reprise du dialogue avec le gouvernement. La MUD l’a fait savoir aux représentants de l’Unasur, de passage à Caracas pour tenter de remettre les deux parties autour de la table. Alors quelles sont ces conditions ?
Le secrétaire général de la MUD les résume dans El Nacional : l’impartialité du Conseil national électoral, la révision des dossiers de tous les prisonniers politiques, la fin de la répression et la mise en place d’une Commission de la vérité indépendante pour enquêter sur les violences commises lors des manifestations depuis février dernier. La MUD exige également que le gouvernement se réunisse avec le mouvement d’étudiants à l’origine de la contestation.

 
Premier et unique test pour le stade du match d’ouverture
 
Hier, dimanche 18 mai 2014, le nouveau stade de Sao Paulo, l'Arena Corinthians (où aura lieu le match d’ouverture pour la Coupe du monde le 12 juin) a passé son premier test. Sous une pluie battante et avec un toit dont la construction n’est pas encore complètement terminée, deux équipes du championnat brésilien ont disputé un match officiel. Et selon O Estadao, à part quelques soucis mineurs, comme ce toit inachevé, tout s’est bien passé.
La sécurité pendant et autour des matchs est une préoccupation majeure des organisations. La Folha de Sao Paulo relate que 245 policiers étrangers seront également présents au Brésil. Les Etats-Unis vont même envoyer des agents du FBI et de la CIA qui doivent s’occuper de la sécurité des Américains lors de la Coupe du monde.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail