Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Guantanamo: une juge autorise l'alimentation forcée d'un prisonnier

Manifestation devant la Maison-Blanche à Washington pour demander la fermeture de la prison de Guantanamo, le 23 Mai 2014.
Manifestation devant la Maison-Blanche à Washington pour demander la fermeture de la prison de Guantanamo, le 23 Mai 2014. REUTERS/Larry Downing
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Une juge fédérale américaine vient d’autoriser les autorités pénitentiaires de Guantanamo à nourrir de force un détenu en grève de la faim. La même magistrate a ordonné que soient rendues publiques les vidéos concernant ce cas. Abou Wael Dihab est un syrien détenu sans jugement depuis 12 ans dans la prison de haute sécurité à Cuba.  

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

On ne sait pas combien de prisonniers sont en grève de la faim à Guantanamo, car le ministère de la Défense ne donne aucune information sur ces cas, mais Abou Wael Dihab n’est pas le seul détenu qui a cessé de s’alimenter, d’après ses avocats. L’homme est libérable et c’est pour demander son transfert dans un pays d’accueil, qu’il est en grève de la faim.

Gladys Kessler avait dans un premier temps ordonné qu’on cesse l’alimentation forcée, jugeant la méthode inhumaine ; elle vient donc de changer d’avis, expliquant que « la cour ne peut tout simplement pas laisser un homme mourir ». 

La juge Kessler confirme en revanche une autre décision : les vidéos montrant les faits doivent être rendues publiques, afin que l’opinion soit informée des méthodes employées à Guantanamo.

Les partisans de la fermeture de la centrale de haute sécurité qualifient cette prise de position d’historique. Dans ce contexte, il faut toutefois noter que voilà quelques jours, la Chambre des représentants a rejeté un article de loi, proposé par l’administration Obama, et qui aurait permis d’envisager la fermeture de la prison de Guantanamo.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.