Revue de presse des Amériques

A la Une: le Nicaragua révèle le tracé du canal interocéanique

Wang Jing, le président directeur général de la HKND, lors de la présentation du tracé du canal du Nicaragua faite avec les étudiants de l'Université national, le 7 juillet 2014.
Wang Jing, le président directeur général de la HKND, lors de la présentation du tracé du canal du Nicaragua faite avec les étudiants de l'Université national, le 7 juillet 2014. REUTERS/Oswaldo Rivas

Publicité

El Nuevo Diario publie une carte du tracé de ce fameux canal : un chemin plus au sud que celui qui avait été proposé, suite aux études d’impact sur l’environnement. Car la route ne devait pas traverser une zone de grande biodiversité, ni des territoires autochtones et ne devait pas causer de dommages à des zones humides protégées, ce qui était le cas auparavant. Selon le comité directeur, des bateaux de 400 000 tonnes pourront naviguer. Le canal pourra gérer 5 100 navires par an, qui mettront 30 heures pour rallier l’Atlantique au Pacifique, sur un parcours de 278 kilomètres.

Le projet de canal interocéanique suscite déjà des controverses

Des études complémentaires de faisabilité doivent être réalisées, précise El Nuevo Diario. Le consortium chinois HKND basé à Hong Kong a gagné l’appel d’offres en juin 2013 pour un montant de 40 milliards de dollars afin de construire et gérer un canal qui doit rivaliser avec celui de Panama. Or, fait remarquer La Prensa, malgré toutes les promesses de son président directeur général qui devait présenter des investisseurs, il n’a pas été question de fond d’investissements, ni d’informations sur qui financera les travaux hier lors de la présentation de ce tracé. La capacité de l’entreprise chinoise, qui n’a jamais effectué de grands projets comme ce canal, est aussi questionnée par les étudiants de l’Université nationale qui ont pu le rencontrer, rapporte le journal La Prensa.

Le séisme qui a secoué le sud du Mexique a fait des ravages au Guatemala

Une activité terrestre intense de 6,4 sur l’échelle de Richter, titre Prensa Libre, qui rappelle les puissants séismes de 1976 et de 2012. C’est surtout le département de San Marcos qui a le plus souffert, en témoignent des photos de maisons et bâtiments fortement fissurés, où des morceaux de façade se sont écroulés. Un bébé est décédé à la maternité de l’hôpital de San Marcos lorsqu’un morceau du faux plafond s’est détaché et l’a écrasé.

Les 115 maisons touchées s’ajoutent aux 2 381 qui n’ont toujours pas été reconstruites depuis le dernier séisme, fait remarquer le journal. Le président Otto Pérez Molina s’est rendu sur place. Il se trouvait dans le Chiapas au Mexique où il rencontrait son homologue mexicain Enrique Peña Nieto avec lequel il a scellé un plan de protection des migrants, relève Prensa Libre.

Ce plan de protection aux migrants, appelé « Frontière sud », imposera des conditions strictes de rentrée sur le territoire mexicain

« Le Mexique restreint le passage de sa frontière », fait remarquer Prensa Libre. Désormais, les personnes du Guatemala, du Honduras et du Belize devront s’enregistrer sur une base de données biométriques pour rentrer sur le territoire mexicain, et ainsi bénéficier de davantage de sécurité et de développement des zones frontalières avec le programme intitulé « passage sûr » ou « frontière sud », indique le quotidien.

Selon les présidents mexicain et guatémaltèque, il s’agit de lutter au niveau régional contre les bandes criminelles qui opèrent dans ces zones de transit des migrants, de protéger les droits des migrants et notamment des mineurs, précise El Excelsior. « Chaque pays doit faire sa part », a lancé Peña Nieto lors de la réunion, rapporte La Jornada. Les personnes sans papiers ne pourront désormais rester au Mexique que pour une durée de trois jours et auront la possibilité de travailler dans plusieurs Etats mexicains frontaliers grâce à un permis de travail spécial, précise El Excelsior.

Mondial de football : cet après-midi se joue la demi-finale entre le Brésil et l’Allemagne, et fait les gros titres au Brésil

Le Brésil face à l’Allemagne sera privé de sa plus grande star, titre O Globo. La Seleção du Brésil a été reçue par une marée humaine à Belo Horizonte où le match va se jouer. Folha de Sao Paolo raconte l’histoire d’une zone isolée du littoral au nord de Sao Paolo, un village de 17 maisons bénéficiant de panneaux solaires où certains doivent choisir entre le branchement du réfrigérateur ou celui de la télévision pour éviter la surcharge. Depuis le début du mondial, le réfrigérateur est souvent débranché, ce sera sans doute le cas cet après-midi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail