Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

A la Une: la mort d’Edouardo Campos chamboule la campagne électorale brésilienne

Au Brésil, la mort du candidat Edouardo Campos a suscité une vive émotion au sein de la classe politique et dans la presse du pays.
Au Brésil, la mort du candidat Edouardo Campos a suscité une vive émotion au sein de la classe politique et dans la presse du pays. REUTERS/Ricardo Moraes
5 mn

Publicité

La presse brésilienne est sous le choc et montre son deuil. Le Diario de Pernambouco, l’État d’où Edouardo Campos était originaire, a choisi une manchette en noir. Le gouverneur a décrété sept jours de deuil. La classe politique dans son ensemble reconnait le grand talent de celui qui souhaitait incarner une alternative aux deux principaux partis brésiliens, le PT et le PSDB. C’est à lire dans le Correio Braziliense. « Nous avons perdu un jeune politicien qui avait un avenir prometteur », a déclaré la présidente Dilma Rousseff.

Incertitude sur les raisons du crash

Pour l’instant, l’enquête ne fait que débuter.  D’après des témoins de l’accident cités par la Folha de Sao Paulo, le Cessna aurait pris feu avant de s’écraser sur une zone résidentielle de la ville de Santos. « J’ai pensé d’abord qu’il s’agissait d’une météorite », raconte une habitante au reporter du journal. Les enquêteurs vont à présent analyser les boîtes noires qui ont été retrouvées sur le lieu de l’accident. Toujours d’après la Folha de Sao Paulo, les contrôles techniques de l’avion ont été effectués récemment. Mais O Globo publie le témoignage d’un des pilotes qui s’était plaint d’une surcharge de travail. Cinq jours avant l’accident, il avait posté sur sa page Facebook : « Quelle fatigue, voler, voler et toujours voler. »

Une chose est sûre, cette tragédie chamboule complètement la campagne présidentielle. Le PSB, le parti d’Edouado Campos, dispose à présent de dix jours pour désigner un nouveau candidat. Afin de respecter le deuil de la famille, les spéculations sur le nom du possible successeur ne se font pas publiquement. Mais d’après la Folha de Sao Paulo, tous les yeux sont tournés vers la colistière d’Edouardo Campos, la très populaire écologiste Marina Silva. Selon le politologue David Fleischer, qui s’exprime dans les colonnes du Diario de Pernambouco, le PSB n’a d’autre choix que d’investir Marina Silva. Les autres candidats, dont la présidente Dilma Roussef et le candidat du centre-droit Aecio Néves, se préparent déjà à cette éventualité, rapporte O Estadao. Reste à convaincre les cadres du PSB, dont certains ne souhaitent pas que Marina Silva reprenne le flambeau du PSB pour cette élection, écrit la Folha de Sao Paulo.

Les tensions toujours vives à Saint-Louis

Cinq jours après la mort d’un jeune afro-américain à Ferguson, dans la banlieue de Saint-Louis, une partie des habitants ne décolèrent pas. Selon le Saint-Louis Post Dispatch, de nouvelles émeutes ont éclaté mercredi soir, le 13 aout 2014. La police a tiré des gaz lacrymogènes en direction de manifestants. Les autorités ont lancé un appel au calme, expliquant qu’il faudra patienter au moins 2 semaines pour avoir les premiers résultats de l’enquête. Signe que climat ne s’est pas apaisé, la police a aussi interpellé dans un McDonald's deux reporters, un journaliste du Washington Post qui a filmé la scène et son collègue du Huffington Post. Le quotidien a dénoncé le harcèlement voire les attaques à l’encontre de son reporter. 

 
Au Venezuela, l’opposant incarcéré Leopoldo Lopez s’en prend aux autorités.

« Ce procès est un peloton d’exécution », a déclaré le dirigeant du parti Volontad Popular dans une audience devant le tribunal. Des propos repris entre autres par le journal colombien El Tiempo qui a pu rencontrer Leopoldo Lopez. Détenu depuis février dernier dans une prison militaire, il est accusé d’être responsable des violences lors des manifestations anti-gouvernementales en ce début d’année. Le procès est entaché de nombreuses irrégularités, écrit El Tiempo. Par exemple : la défense n’a pas le droit de citer de témoins à la barre ni de présenter de preuves susceptibles d’innocenter l’accusé.

San Lorenzo remporte la Copa Libertadores

La victoire des Argentins de San Lorenzo en finale de l’équivalent de la Ligue des Champions en Amérique du Sud fait les gros titres de la presse locale. Le plus illustre supporter de ce club, le pape François, l’avait prédit hier : « aujourd’hui est un jour spécial ». Il a eu raison ! San Lorenzo a remporté pour la première fois de sa longue histoire la plus prestigieuse compétition continentale, face aux Paraguayens du Nacional d’Asuncion. Une victoire saluée par toute la presse argentine. El Dia, en Une, titre « San Lorenzo de América ». Les supporters eux ont fêté comme il se doit ce titre. La Nacion publie ainsi une photo prise dans les rues de la capitale. On y voit des dizaines de supporters levant les bras, agitant des drapeaux et surtout, en premier plan, un fan qui pour l’occasion a choisi de revêtir la soutane et la coiffe du pape, levant les bras vers le ciel, comme pour remercier Dieu après cette victoire historique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.