Venezuela

Venezuela: les médecins alertent sur la crise humanitaire dans le pays

Le 10 mars dernier à Caracas, des médecins protestaient contre le manque de moyens dans le système de santé du pays. Une manifestation bloquée par les forces de l'ordre.
Le 10 mars dernier à Caracas, des médecins protestaient contre le manque de moyens dans le système de santé du pays. Une manifestation bloquée par les forces de l'ordre. REUTERS/Tomas Bravo

Confrontée à une grave pénurie de médicaments et à la vétusté des appareils médicaux, l'Association vénézuélienne de cliniques et hôpitaux (AVCH) demande au gouvernement de déclarer l’urgence humanitaire. Faute de moyens - dont des anesthésiants - 6 000 Vénézuéliens attendent actuellement de pouvoir être opérés.

Publicité

Paula Vasquez, anthropologue vénézuélienne à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris, confirme le diagnostic des médecins. Selon elle, il y a une vraie crise humanitaire dans le pays. « Il y a des enfants qui sont en train de grandir sans lait. Au Venezuela, par exemple, il n’y a pas de lait, les familles doivent faire six heures de queue pour avoir du lait en poudre. Il n’y a pas de lait frais. C’est inimaginable dans la tête des Vénézuéliens des classes populaires qu'il peut y avoir du lait frais. Il y a une génération d’enfants qui vont passer six mois voire un an de leur vie sans lait. »

Il y a une pénurie de denrées de base telle que l’huile pour cuisiner, poursuit Paula Vasquez. « La planète entière a rigolé avec la crise du papier toilette. C’était grave, mais bien plus grave encore c’est le manque de denrées alimentaires de premières nécessité », dit-elle.

Pénurie de médicaments et de fournitures pour les hôpitaux

Le Venezuela doit importer 90 % de ses fournitures pour la santé, mais comme il impose un strict contrôle des changes qui paralyse les importations des entreprises, il est confronté à de graves problèmes de pénurie.

« Il n’y a pas de médicaments pour soigner le diabète ou le cancer ou tout ce qui est maladie chronique comme l’épilepsie, explique l’anthropologue vénézuélienne. Maintenant, vous pouvez vous promener à Caracas et voir des gens qui font des crises d’épilepsie en pleine rue puisqu’ils n’ont pas accès à des neuroleptiques. Donc à mon avis, il y a une vraie crise humanitaire au Venezuela dans un des pays les plus riches de la planète en termes de réserves de pétrole. »

Les professionnels de santé manquent notamment d'anesthésiant, de gants, de sérum ou encore de matériel pour réaliser les sutures. Un manque qui met en danger la vie des malades. Lundi, le ministre de la Santé, Francisco Armada, a reconnu qu'il y avait des « failles » dans la distribution de certains médicaments. Les sociétés importatrices estiment la pénurie en médicaments à 60 % et jusqu'à 85 % en ce qui concerne les fournitures.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail