Accéder au contenu principal
Colombie

Juan Manuel Santos sera-t-il le dernier président colombien réélu?

Le président colombien Juan Manuel Santos, le 5 août 2014.
Le président colombien Juan Manuel Santos, le 5 août 2014. REUTERS/ John Vizcaino
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Réélu en juin dernier, le président colombien Juan Manuel Santos a présenté mercredi 3 septembre un projet de loi visant à interdire la réélection du président de la République sortant. La possibilité de se représenter à la tête de l'Etat avait été adoptée par son prédécesseur Alvaro Uribe. Elle lui avait permis, ainsi qu'à M. Santos, de briguer un second mandat. Pour l'actuel numéro colombien, il s'agit désormais de revenir à un meilleur équilibre des pouvoirs, qui prévalait par le passé.

Publicité

Pour revenir à un plus grand équilibre des pouvoirs, le premier verrou à supprimer selon M. Santos, c'est la possibilité de réélire le président de la République et de tous les hauts fonctionnaires du pays. « La récente campagne électorale m'a confirmé, sur le plan personnel et politique, que la réélection n'est pas opportune », a-t-il déclaré.

Son prédécesseur Alvaro Uribe avait réussi à amender la Constitution en 2005 pour introduire un second mandat présidentiel consécutif, qu'il avait lui-même finalement exercé, jusqu'en 2010, date de l'arrivée au pouvoir de Santos.

La réforme préconise aussi de nouvelles procédures de nomination au sein des organismes de contrôle de l'Etat, notamment celle du procureur général, et la création d'un tribunal chargé de juger les magistrats, procureurs et inspecteurs généraux. Des procédures qui font déjà grincer des dents, car la présidence de la République pourrait exercer un rôle prépondérant, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.

Quant à la durée du mandat présidentiel, Juan Manuel Santos n'a pas réussi à obtenir un consensus pour la prolonger à cinq ans : elle restera donc de quatre ans. Les premiers débats au Congrès devraient se tenir avant le 16 décembre. Le président a insisté sur l'importance de son projet de réforme : « Nous avons de grands défis devant nous, pour un pays en paix. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.