Revue de presse des Amériques

A la Une: condamnation de l’ex-gouverneur de Virginie et de sa femme pour corruption

L'ancien gouverneur de Virginie Robert McDonnell (au centre), lors de son arrivée au procès pour lequel il était accusé avec sa femme de corruption, le 28 juillet 2014.
L'ancien gouverneur de Virginie Robert McDonnell (au centre), lors de son arrivée au procès pour lequel il était accusé avec sa femme de corruption, le 28 juillet 2014. REUTERS/Jay Westcott/Files

Publicité

 

« Robert McDonnell coupable de onze délits de corruption », titre le Washington Post. Après trois jours de délibérations, un juge fédéral a condamné l’ex-gouverneur de Virginie, une figure du parti républicain, colistier du candidat Mitt Romney pour les élections de 2012, pour abus de pouvoir et trafic d’influence auprès d’un entrepreneur local, Jonnie Williams, qui voulait commercialiser un complément alimentaire non reconnu comme médicament. En échange, le gouverneur et sa femme recevaient de luxueux cadeaux, montre Rolex, chaussures Vuitton, voyages et prêts personnels et immobiliers. Avec sa femme Maureen accusée elle aussi de corruption et d'obstruction à la justice, il encourt plusieurs années de prison. Leurs peines seront prononcées le 6 janvier prochain.

L'ex-gouverneur a présenté ses excuses pour son manque de discernement, mais a assuré qu’il n’avait selon lui jamais violé la loi. Entre temps son mariage a volé en éclats, Robert McDonnell ayant fait porter toutes les accusations sur sa femme. Le procès s’est d’ailleurs transformé en luttes intestines et querelles de couples, fait remarquer le New York Times.

« Politiciens de tous les États, ne vous croyez pas à l’abri de la justice »

« Ce verdict signifie que Robert McDonnell, le premier gouverneur dans l’histoire de Virginie à être inculpé pour un délit, aura désormais la non plus souhaitable distinction de premier gouverneur à purger une peine de prison ferme » écrit le Washington Post. Et Politico d’en tirer la leçon : politiciens de tous bords et de tous les États, ne vous croyez pas à l’abri de la justice. Pour l’avocat démocrate Stan Brand, cela peut servir d’avertissement pour les politiciens très laxistes sur la question des cadeaux qu’ils peuvent ou non recevoir, car, dit-il, « même si les lois des États ne sont pas très strictes, les fédéraux vous regardent et peuvent intervenir ».

Grande émotion après la mort du chanteur argentin Gustavo Cerati du groupe de rock Soda Stereo à l’âge de 55 ans

La présidente Cristina Kirschner a décrété deux jours de deuil national, informe La Nación. Un hommage a été rendu dans toute l’Amérique latine au chanteur de Soda Stereo qui était considéré comme une icône du rock sud-américain. À commencer par le Venezuela où Gustavo Cerati était en tournée en 2010 lorsqu’il s’est écroulé après un concert, terrassé par un accident vasculaire cérébral, rappelle El Universal.

Une foule immense s’est rassemblée à Buenos Aires pour lui rendre hommage, dont la ministre de la Culture et son ex-femme, la mannequin chilienne Cecilia Amenabar . Et puis des milliers de fans avec roses et œillets à la main, qui chantaient ses morceaux, vêtus et coiffés comme leur idole. « Cerati a écrit, joué, et chanté, et il faisait les trois aussi bien », a déclaré l’un d’eux à La Nación. Les journaux du continent tout entier, du Mexique au Chili, consacrent plusieurs pages à l’icône du rock, avec extraits de chansons et d’interviews.

En Argentine, une juge a inculpé le couple qui a élevé un enfant de disparu de la dictature

La justice a inculpé hier d’enlèvement de mineur le couple qui a élevé Ignacio Guido, le petit-fils d’Estela de Carlotto, la présidente de l’association des Grands-mères de la place de Mai, rapporte Página 12. Son petit-fils qu’elle cherchait depuis 36 ans a été identifié début août grâce à des tests ADN comme bébé volé pendant la dictature. Doutant de ses origines, Ignacio Guido avait sollicité cet examen. L’association a porté plainte pour enlèvement et suppression de l’état civil, précise La Voz del Interior. La juge a aussi inculpé le médecin qui avait établi à l’époque un faux certificat de naissance avec les noms des parents d’adoption.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail