Canada

Irak: le Canada s’engage dans la lutte contre l’Etat islamique

Le Premier ministre canadien Stephen Harper lors du sommet de l'Otan à Newport, le 5 septembre 2014.
Le Premier ministre canadien Stephen Harper lors du sommet de l'Otan à Newport, le 5 septembre 2014. REUTERS/Yves Herman

Le Canada participera à la lutte contre le terrorisme en Irak. C'est le Premier ministre qui l'a annoncé le vendredi 5 septembre. Stephen Harper réaffirme les engagements de son pays dans la lutte contre l'avancée des combattants de l'Etat islamique et annonce l'envoi prochain de plusieurs dizaines de conseillers militaires dans le pays.

Publicité

Le gouvernement canadien a déjà contribué à l'effort humanitaire et militaire en Irak, en collaboration avec les Etats-Unis, l'Australie, la France et le Royaume-Uni. Mais la situation de plus en plus inquiétante et les meurtres des deux journalistes James Fowley et Steven Sotloff justifient selon le Premier ministre le renforcement de l'engagement canadien en Irak.

« Si elle est laissée sans surveillance, cette zone sans loi deviendra un terrain d’entraînement pour le terrorisme international et une menace encore plus importante pour la sécurité du Canada et de ses alliés », a assuré Stephen Harper.

Pas de mission sans risque

L'envoi de ces conseillers répond à la requête du président Obama, qui a sollicité une aide tactique militaire auprès du Canada. Les conseillers militaires envoyés sur place resteront 30 jours, pour une mission de conseil. « Ce n’est pas une mission de combat, et notre rôle est très clair, a tenu à tempérer le Premier ministre canadien. Le Canada s’associe à ses alliés pour conseiller les forces irakiennes dans leur lutte contre les terroristes. »

Même si les troupes canadiennes ne seront pas déployées en zone de conflit, le Premier ministre canadien l'a rappelé : en Irak, il n'existe pas de mission sans risque.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail