Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: la version chaviste du «Notre Père» offense l'Eglise

Dans les rues de Caracas au Venezuela.
Dans les rues de Caracas au Venezuela. REUTERS/Jorge Silva
Texte par : RFI Suivre
3 mn

« Notre Chavez qui est aux cieux… » : C’est la version chaviste du « Notre Père » qui a été récitée lors d’un atelier destiné à la formation socialiste, lundi, au Venezuela. Une prière à l’initiative d’une militante chaviste en hommage au président, initiateur de la Révolution socialiste. Mais qui n’a pas tardé à déclencher la colère de l’Eglise au Venezuela. Plusieurs évêques ont dénoncé, cette semaine, un « péché d’idolâtrie ». Un véritable mano a mano est désormais engagé entre l’Eglise et le gouvernement puisque le président Nicolas Maduro n’a pas hésité à apporter tout son soutien à cette militante et à cette prière.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

« La nouvelle Inquisition vient de surgir pour massacrer cette pauvre femme et l’accuser d’avoir presque commis un grave péché » : une déclaration ce jeudi soir de Nicolas Maduro, venu prêter main forte à une déléguée chaviste contre la colère de l’Eglise catholique. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est une prière récitée par cette militante lors d’un rassemblement du parti socialiste en début de semaine. Un « Notre Père » complètement réécrit en hommage à Hugo Chavez.

« La tentation » à laquelle il ne faut pas se soumettre devient alors « le capitalisme », manière d’attaquer l’impérialisme américain. Et « le mal dont les Vénézuéliens doivent se libérer », c’est désormais « la méchanceté de l’oligarchie », visant ici clairement l’opposition vénézuélienne.

« Manipulation d'un symbole chrétien »

Certains évêques sont alors montés au créneau pour empêcher « la diffusion de cette version du Notre Père ». « Une manipulation d’un symbole chrétien » qu’ils ont qualifiée « d’illicite ». Motif, selon eux : on ne peut attribuer à un être humain des qualités divines.

La contre-attaque est donc venue du président en personne. Dans ce bras de fer avec l’Eglise, Nicolas Maduro a cité Le chant pour Bolivar de Pablo Neruda, poème calqué sur le Credo catholique. Une solidarité affichée envers la jeune femme contre « les seigneurs de l’inquisition » qui a surtout valeur d’avertissement à l’attention de l’Eglise dans le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.