Accéder au contenu principal
Brésil

Brésil: Dilma Rousseff engluée dans le scandale Petrobras

La présidente Dilma Rousseff, lors de la cérémonie commémorant l'indépendance du Brésil, à Brasilia, le 7 septembre 2014.
La présidente Dilma Rousseff, lors de la cérémonie commémorant l'indépendance du Brésil, à Brasilia, le 7 septembre 2014. REUTERS/Ueslei Marcelino
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Brésil, la campagne présidentielle est toujours ébranlée par le dernier scandale de corruption touchant la compagnie pétrolière d'Etat Petrobras. Un scandale qui tombe mal pour une présidente qui a fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités.

Publicité

Un ancien haut dirigeant de l'entreprise Petrobras a accusé une cinquantaine d'élus de la coalition au pouvoir d'avoir touché des pots-de-vin. A quatre semaines du premier tour de l'élection, Dilma Rousseff tente de sauver son honneur et celui de son gouvernement. La parade qu'elle a trouvée est simple : selon la présidente, cette nouvelle affaire de corruption ne touche que les députés, les autorités de Brasilia n'ont rien à voir dans la mise en place de ce vaste système de blanchiment d'argent.

« Je pense que le gouvernement ne peut être suspecté dans cette affaire, se défend-elle. D’abord, aucun membre du gouvernement n’a été officiellement accusé. Je voudrais ajouter que le gouvernement a une position extrêmement claire sur ce sujet : c’était le gouvernement même qui a ordonné l’enquête sur cette affaire, en mobilisant notamment la police fédérale. Et le gouvernement est toujours en train d’enquêter sur la question. »

Les autres candidats accusent

Mais les autres candidats à la présidence ne se contentent pas de cette explication. « Il est impossible que Dilma Rousseff n'ait rien su de cette affaire », a ainsi estimé le social-démocrate Aecio Neves. L'écologiste Marina Silva, que les sondages donnent pour l'instant gagnante au second tour, accuse le gouvernement d'avoir saboté Petrobras par la corruption.

Selon le magazine Veja, cependant, parmi les bénéficiaires des pots-de-vin figuraient également Edouardo Campos, l'ancien candidat du Parti socialiste brésilien, mort dans un accident d’avion, et depuis remplacé justement par Marina Silva.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.