Etats-Unis / Entreprises

Etats-Unis: Larry Ellison abandonne les rênes d’Oracle

Larry Ellison, fondateur et PDG de la société de logiciels Oracle, quitte la direction.
Larry Ellison, fondateur et PDG de la société de logiciels Oracle, quitte la direction. AFP PHOTO/Justin Sullivan/Getty Images

Changement à la tête d'Oracle, le géant américain de gestion de base de données. Son fondateur, Larry Ellison, cède les rênes et prend la tête du conseil d'administration. C’est ainsi qu’une page se tourne. Larry Ellison fait partie de ces patrons qui ont transformé la Silicon Valley en hissant les start-up de garages au rang de géants mondiaux de la technologie. Comme eux, il n'a jamais terminé ses études. Et comme cela arrive dans ces histoires à l’américaine, la vie n’a pas été tendre avec lui.

Publicité

Lawrence Joseph Ellison est né à New York, en 1944. Son père, d’origine italienne, est pilote dans l’armée de l’Air américaine. Sa mère est célibataire dans une Amérique dure et conservatrice. A neuf mois, Larry contracte une sévère pneumonie. Sa mère décide de le confier à son oncle et sa tante. Ils habitent dans la banlieue de Chicago et deviennent ses parents adoptifs. L’oncle de Larry, un juif russe émigré aux Etats-Unis, a pris le nom d’Ellison pour honorer Ellis Island, servant de point d’entrée aux millions d’immigrants en Amérique. L’enfance du futur génie de la technologie se passe entre une tante chaleureuse et aimante et un oncle acariâtre. Il a perdu toutes ses économies dans la Grande dépression, et ne l’aide guère.

Une start-up à 2 000 dollars

Autodidacte, Larry abandonne le cursus universitaire après la mort de sa mère adoptive et débarque en 1966 dans le nord de la Californie. Il a 22 ans. Son premier logiciel de base de données est produit pour la CIA et s'appelle déjà « Oracle ». C'est en 1977 qu'Ellison fonde avec deux comparses une firme, baptisée quelques années plus tard du nom de son produit phare. Le capital initial de l'entreprise est de 2 000 dollars, dont 1 200 dollars qu'Ellison sort de sa poche.

L'histoire de cette société n'est pas qu'une success-story. Après une quasi-faillite en 1990, Oracle est devenu finalement l'un des géants du secteur. Ce mastodonte pèse 185 milliards de dollars, faisant d'Ellison le cinquième homme le plus riche au monde. Son bateau, Oracle Team USA, a gagné la Coupe de l’Amérique, la célèbre course de voiliers, en 2013.

Une passe difficile

Aujourd’hui, l'entreprise traverse une période difficile et souffre de la concurrence des petits éditeurs à prix agressifs. Oracle mise sur de nouvelles acquisitions et sur le Cloud, le stockage des données à distance. En juin 2014, il a acheté Micros Systems, le spécialiste des logiciels utilisés dans l’hôtellerie et la restauration. Mais ses ventes de licences pour logiciels et d’abonnements pour des services en ligne évoluent en dents de scie. Aussi, la société accuse une baisse de son bénéfice net de 0,3% sur un an. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail