Accéder au contenu principal
Canada

Ouverture du procès du «dépeceur de Montréal»

Luka Rocco Magnotta, le 18 juin 2012.
Luka Rocco Magnotta, le 18 juin 2012. REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le procès de Luka Rocco Magnotta, 32 ans s'ouvre aujourd'hui à Montréal. Celui que l'on surnomme le « dépeceur de Montréal » est accusé d'avoir tué et dépecé son petit ami chinois avant d'envoyer des morceaux du corps à des partis politiques. Il avait été arrêté en Allemagne après une cavale en Europe. Le choix du jury a été difficile pour ce procès qui va être très suivi.

Publicité

Avec notre correspondante à Montréal, Marie-Laure Josselin

Deux semaines, c’est le temps qu’a duré la sélection du jury. Une sélection qui a été ardue puisque 1 600 personnes avaient été convoquées. Il fallait réunir un large spectre de jurés pour réussir à trouver les douze qui décideront du sort de Luka Rocco Magnotta.

Plusieurs centaines de candidats ont demandé d’emblée à être exemptés, certains avançant des excuses assez loufoques. Puis, il fallait remplir deux conditions : que la personne soit parfaitement bilingue, Magnotta étant anglophone et plusieurs témoins francophones ; enfin la condition peut-être la plus difficile dans cette affaire morbide qui a fait le tour du monde, ne pas avoir ou avoir peu entendu de l’affaire, et montrer son impartialité.

Images choquantes

Le choix s’est donc porté sur six femmes et six hommes, auxquelles s’ajoutent quatre personnes au cas où un juré serait obligé de partir. Une soixantaine de témoins défileront à la barre. Le juge a déjà prévenu les jurés : ils seront soumis à des images choquantes. Le palais de justice de Montréal a déjà prévu d’ouvrir des salles supplémentaires pour retransmettre l’affaire aux journalistes curieux ou encore personnes intéressées par ce cas. Le procès, qui durera de six à huit semaines, sera - de toutes les façons - très suivi.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.