Accéder au contenu principal
ETATS-UNIS

Etats-Unis: propos malheureux du patron de Microsoft sur les femmes

Satya Nadella, le directeur de Microsoft lors d'une conférence à New York le 20 mai 2014.
Satya Nadella, le directeur de Microsoft lors d'une conférence à New York le 20 mai 2014. REUTERS/Brendan McDermid
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le directeur général de Microsoft, Satya Nadella, vient de présenter ses excuses pour une déclaration faite lors d’une conférence. Ses propos avaient déclenché un tollé de protestation chez les femmes et agité les réseaux sociaux. Le directeur avait lié le « karma » des femmes à leur capacité à obtenir des hausses de salaires.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

Invité à une conférence en Arizona sur les femmes et l’informatique, Satya Nadella a eu des propos malheureux. Il a conseillé aux femmes de se fier à leur « karma » plutôt que de demander une augmentation de salaire : « Faites confiance au système qui vous accordera progressivement des hausses de salaire. »

« Cela, je pense, pourrait être l’un des superpouvoirs supplémentaires qu’ont les femmes qui ne demandent pas d’augmentation, car ce bon karma sera payant. Il y aura quelqu’un qui va dire: " c’est le genre de personne à qui je veux faire confiance, à qui je veux vraiment confier des responsabilités ". »

Sa déclaration n’a pas provoqué de bon karma dans la salle et a soulevé un tollé à travers le pays. Satya Nadella a vite dû présenter ses excuses, car l’inégalité salariale entre hommes et femmes reste un sujet sensible aux Etats-Unis. Pour chaque dollar gagné par un homme, une femme ne touché que 78 cents.

Microsoft, de plus, offre le flanc à la critique : 71% de son personnel est masculin. Reconnaissant s’être mal exprimé, Satya Nadella a écrit sur son compte Twitter : « Notre secteur doit en finir avec les inégalités salariales, comme ça, on n’aura plus besoin d’augmentation. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.