Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: deux marches contre la violence

Les manifestants chavistes dénoncent la violence au Venezuela, le 18 octobre à Caracas.
Les manifestants chavistes dénoncent la violence au Venezuela, le 18 octobre à Caracas. REUTERS/Jorge Silva
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Venezuela, deux marches contre la violence à Caracas se sont déroulées samedi 18 octobre. C’était la première fois depuis cinq mois environ que l’opposition se retrouvait après la vague de protestations du début d’année. Bien moins de 1 000 manifestants sont venus dénoncer l’insécurité et la délinquance qui rongent le pays. Et de l’autre côté, les chavistes ont eux aussi organisé leur marche, soutenue par le Président Nicolas Maduro en hommage à Robert Serra, le plus jeune député de l’Assemblée nationale, assassiné il y a peu. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées pour crier contre une autre forme de violence : celle du « terrorisme et des paramilitaires ».

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

« Pour que nos enfants ne partent pas du Venezuela. » C’est la pancarte que porte Carmen Caldera au sein de la marche de l’opposition, rassemblée au pied du quartier populaire de Petare. Retraitée depuis quelques mois, elle dénonce l’inefficacité du gouvernement face à l’insécurité qui explose.

« Chaque jour, il y a près de dix morts à Caracas à cause de la délinquance. Et par mois, 300, 400 personnes se font tuer, dénonce-t-elle. Dans ma famille, nous sommes 12 et tous nous avons déjà été volés, agressés. Pour moi, c’est la faute du gouvernement. Ici, il y a plein de plans contre l’insécurité et le désarmement, mais je n’ai jamais vu de résultats. » Un cri contre la violence quotidienne, mais le retour de l’opposition reste tout de même à nuancer ce samedi.

A l’autre extrémité de Caracas en revanche, le rassemblement chaviste est le succès de la journée. Trois fois plus nombreux que les opposants, les chavistes se sont rassemblés pour crier contre une autre forme de violence. Avec son groupe d’amis des Jeunes socialistes, Rafael Pinto est venu rendre hommage à Robert Serra, ce jeune député socialiste froidement assassiné il y a deux semaines. Lui aussi dénonce la violence, « une violence politique, commanditée par l’opposition ».

« Nous les jeunes nous sommes ici dans la rue pour dire non à toutes les actions agressives et atroces commises par la droite vénézuélienne contre ce jeune député, explique-t-il. Des actions qui n'ont qu’un but : désarticuler notre processus révolutionnaire et casser tout notre travail. » Organisées à des heures similaires, aucun incident n’est à déplorer entre les deux marches.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.