Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Il n'y a désormais plus aucun prisonnier américain en Corée du Nord

Matthew Todd Miller dans les bras de ses proches, le 8 novembre 2014, sur l'aéroport militaire Lewis-McChord près de Seattle.
Matthew Todd Miller dans les bras de ses proches, le 8 novembre 2014, sur l'aéroport militaire Lewis-McChord près de Seattle. REUTERS/Anthony Bolante
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les deux derniers prisonniers américains détenus en Corée du Nord sont maintenant de retour aux Etats-Unis, où ils ont retrouvé leurs familles. Kenneth Bae et Matthew Todd Miller ont passé respectivement deux ans et sept mois en prison. Les deux Américains ont été emprisonnés pour des supposées activités subversives.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Kenneth Bae et Matthew Todd Miller sont arrivés à bord d’un avion officiel des Etats-Unis qui s’est posé sur un aéroport militaire près de Seattle samedi soir. Leurs familles étaient présentes pour les accueillir. Les retrouvailles ont été émouvantes. Miller n’a pas fait de déclaration mais Bae a exprimé sa gratitude à ceux qui l’avaient soutenu.

« Je veux simplement vous remercier tous pour votre soutien, pour être restés à mes côtés toutes ces années. Ça a été deux années étonnantes. J’ai beaucoup appris. J’ai mûri et je suis resté fort grâce à vous. »

L’homme qui a obtenu leur libération n’était autre que le directeur national du renseignement, James Clapper. Il s’est rendu à Pyongyang avec une lettre d’Obama dont il était l’émissaire personnel. C’est la Corée du Nord qui avait demandé l’envoi d’un poids lourd de l’administration, mais Clapper n’était pas sûr de ramener les deux prisonniers. Il n’a pas vu Kim Jong-un, et n’a pas abordé avec ses interlocuteurs la question qui oppose les deux gouvernements, le nucléaire.

Au cours des cinq dernières années, Pyongyang a arrêté neuf Américains, tous libres maintenant. En dépit de ces arrestations, 6 000 Américains se rendent chaque année en Corée du Nord, à leurs risques et périls.

Kenneth Bae, accompagné de sa soeur, s'est exprimé devant la presse à son arrivée sur la base militaire ewis-McChord, le 8 novembre 2014.
Kenneth Bae, accompagné de sa soeur, s'est exprimé devant la presse à son arrivée sur la base militaire ewis-McChord, le 8 novembre 2014. REUTERS/Anthony Bolante

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.