Accéder au contenu principal
Etats-Unis

Etat d'urgence décrété à Ferguson aux Etats-Unis

Marche de protestation, contre la mort de Michael Brown, dans le Missouri le 17 novembre 2014, aux Etats-Unis.
Marche de protestation, contre la mort de Michael Brown, dans le Missouri le 17 novembre 2014, aux Etats-Unis. REUTERS/Jim Young
Texte par : RFI Suivre
2 min

Aux Etats-Unis, le gouverneur de l'Etat du Missouri a décrété l'état d'urgence et a ordonné le déploiement de policiers et de la Garde nationale du Missouri à Ferguson, un quartier de la banlieue nord-ouest de Saint Louis, pour une période de 30 jours. Il craint une «possibilité d'émeutes étendues» alors qu'un grand jury doit annoncer ses conclusions, et décider si le policier blanc responsable de la mort d'un jeune Noir en août dernier doit être inculpé ou non.

Publicité

« La violence ne sera pas tolérée » a averti le gouverneur du Missouri Jay Nixon. Il prend cette fois les devants en déployant la Garde nationale, c'est-à-dire l'armée, pour renforcer les effectifs policiers le temps de maintenir le calme. Jay Nixon veut éviter que ne se reproduisent les émeutes raciales d'août dernier, après la vague d'émotion qu'avait suscité la mort du jeune Michael Brown, tué de six balles par un policier blanc, Darren Wilson.

L'agence américaine de renseignements, le FBI, a publié une note d'information qui met en garde contre une possible flambée de violence, pas uniquement à Ferguson, mais dans tout le pays. Des manifestations sont d'ailleurs déjà prévues à Chicago, Atlanta, Washington juste après l'annonce des conclusions du grand jury. Celui-ci doit décider dans les prochains jours si Darren Wilson était en état de légitime défense, ou s'il devra être jugé.

Ce lundi des manifestants ont déjà bloqué pendant une heure un carrefour au centre de Saint Louis dans un froid glacial de façon pacifique. Mais des membres du groupe raciste d'extrême droite, le Ku Kux Klan, ont distribué des prospectus menaçant d'utiliser des armes létales contre les manifestants. Les ventes d'armes à feu sont montées en flèche. En prévision des violences, les magasins ont déjà renforcé les protections de leurs devantures.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.